[Appel] Poétiques de l’émeute

Poétiques de l’émeute“, L’Esprit Créateur, numéro édité par Justine Huppe (Université de Liège) et Julien Jeusette (Università degli Studi di Milano)

Proposition de communication (250-300 mots) pour le 15/01/2022

Envoi à justine.huppe@uliege.be et julienjeusette@hotmail.com 

Envoi des articles : 15/07/2022 

Publication : printemps 2023

« Nous sommes dans le temps des émeutes», écrit Alain Badiou en 2011, dans un livre qui rend compte du réveil de l’histoire et de la recrudescence des conflits sociauxau XXIe siècle. Ce constat est corroboré par des sociologues, historiens, politistes et anthropologues tels qu’Alain Bertho, Joshua Clover, Romain Huët, Michel Kokoreff ou Isabelle Sommier. Depuis quelques décennies, en France et dans le monde, la forme-émeute revient en force et joue un rôle de plus en plus important dans le répertoire de l’action collective (Los Angeles, 1992 ; Clichy-sous-bois, 2005, Villiers-le-Bel, 2007 ; Athènes, 2008 ; Hambourg, 2009 ; Tottenham et Liverpool, 2011 ; Ferguson, 2014 ; Wukan, 2011 et 2016, etc.). Or, contre la tendance à inscrire l’émeute du côté de la violence gratuite, du vandalisme et de l’irrationnel – étymologiquement, le terme est relié à l’émotion –, ces chercheurs en soulignent la dimension politique. Ils insistent sur la nécessité de prendre en compte le phénomène sans le disqualifier d’emblée, afin d’en penser les dynamiques d’action, les enjeux sociaux et la rationalité propre.  

         L’émeute, cependant, est un terme fuyant. Même parmi celles et ceux qui lui accordent une dignité politique, il est parfois indistinct de l’insurrection, du soulèvement, de la grève sauvage, ou encore des mouvements d’occupation de places. Relèverait en somme de l’émeute tout type de contestation du pouvoir ne s’inscrivant pas dans les formes d’opposition prévues par la démocratie libérale. Tout en prenant acte du caractère mouvant et difficilement catégorisable du terme, on s’en tiendra ici à sa représentation paradigmatique: un mouvement collectif, urbain, spontané et potentiellement violent (bagarres, affrontements, casse, etc.) qui suscite autant la critique que le fantasme. 

         Prise en ce sens particulier, l’émeute est omniprésente dans la production littéraire contemporaine. Parallèlement à l’augmentation des émeutes constatée par les sciences sociales, on observe un intérêt, voire une fascination pour ce type de contestation dans l’œuvre d’écrivains aussi différents que Pierre Alféri, Aurélie Champagne, François Cusset, Sophie Divry, David Dufresnes, Yannick Haenel, Leslie Kaplan, Lola Lafon, Noémi Lefebvre, Marin Fouqué, Wilfried N’Sondé, Joël Pommerat, Nathalie Quintane, Charles Robinson, Lyonel Trouillot, Antoine Volodine, Éric Vuillard… Ce numéro de L’Esprit Créateur entend se pencher sur l’émeute en tant que phénomène littéraire, tâchant ainsi de décrire, de cartographier et d’analyser les poétiques de l’émeute contemporaines. 

         À partir d’un corpus ouvert aux pratiques d’écritures non nécessairement étiquetées comme “littéraires” (nous pensons aux livres du Comité Invisible, aux slogans des cortèges de tête, aux articles publiés sur des sites comme lundi.am), trois principaux axes de réflexion seront envisagés :

a)                 Un axe poétique 

          « A riot is the language of the unheard », a déclaré Martin Luther King. Comment la littérature prend-elle en charge ce langage ? Y a-t-il des scènes archétypales du récit émeutier, des métaphores récurrentes, des procédés narratifs particuliers pour raconter ce type d’événement ? Lorsque les textes évoquent des émeutes ayant réellement eu lieu, cherchent-ils à se démarquer des représentations médiatiques ? Quelle est la place des émeutes imaginaires dans l’économie narrative des récits ? La narration vise-t-elle à réintroduire de la clarté, de la rationalité ou de la complexité dans une forme d’action en apparence opaque ? Et sur un mode plus réflexif, comment les textes littéraires préoccupés par la forme émeutière envisagent-ils leur propre rôle ? Trouvent-ils dans l’émeute une métaphore de leur fonctionnement, à l’instar de Christophe Hanna (2011), qui compare le mode opératoire des « casseurs » à celui des dispositifs poétiques qui l’intéressent ? 

b)                 Un axe politique

          La disqualification de l’émeute est souvent redoublée par celle des sujets qui y participent. Joshua Clover rappelle ainsi à quel point le caractère apparemment « déraisonnable » de l’émeute concorde avec les préjugés racistes nourris à l’encontre de celles et ceux qui seront à l’origine du renouveau émeutier aux États-Unis. On pourrait faire un constat similaire en France, eu égard aux révoltes des banlieues de 2005 (Niang 2019). La littérature reconduit-elle ces prismes de lecture dépolitisants, ou cherche-t-elle à les déplacer ? Si l’émeute est valorisée ou dévalorisée, comment s’opère cette « interprétation » ? Le lecteur est-il poussé à s’identifier avec les émeutiers, dans une forme de « romantisme révolutionnaire » (Lefebvre 1957) ? Le récit d’émeute vise-t-il à produire des sujets « indisciplinés » (Razsa 2014) ? Dans quelle mesure les écrivains soutiennent-ils, ou encouragent-ils les émeutes (Alféri et al., 2010) et avec quels moyens (tribunes, manifestes, romans, etc.) ? 

c)                  Un axe historique

          Si les révolutions ont leurs mémoires et leurs contre-mémoires, entretenues à leur manière dans les textes littéraires, qu’en est-il des émeutes ? Ont-elles des modes de transmission propres ? S’agit-il pour les écrivains d’archiver, par les textes littéraires, le souvenir des émeutes, dont le caractère bref et prétendument désorganisé peut compliquer l’enregistrement ? Les écrivains contemporains se fondent-ils sur des récits plus anciens (Les Misérables de Hugo, par exemple), ou, au contraire, cherchent-ils à s’en démarquer (Vuillard remontant par exemple plutôt au XVIe siècle, dans La Guerre des pauvres) ? Si le siècle précédent (de la fin du XIXe à la fin du XXe) a été celui de la grève et de la manifestation encadrée, sur quels modèles et quelles références les auteurs contemporains s’appuient-ils pour penser et se figurer ce qui apparaît comme une nouvelle ère des soulèvements?  

Bibliographie  

Pierre Alféri et. al, « Pour les cinq de Villiers-le-Bel », Libération (21 juin 2010, URL : https://www.liberation.fr/societe/2010/06/21/pour-les-cinq-de-villiers-le-bel_660439). 

Alain Badiou, Le Réveil de l’histoire (Paris : Lignes, 2011). 

Franco Berardi, The Uprising : On Poetry and Finance (Cambridge : MIT Press, 2012). 

Alain Bertho, Le Temps des émeutes (Paris : Bayard, 2009). 

Alain Bertho, Time over ? Le temps des soulèvements (Vulaines-sur-Seine : éditions Du croquant, 2020). 

Joshua Clover, L’Émeute prime. La nouvelle ère des soulèvements (Paris : Entremonde, 2018). 

Mike Davis, Au-delà de Blade Runner. Los Angeles et l’imagination du désastre (Paris : Allia, 2006). 

Georges Didi-Huberman, Désirer désobéir. Ce qui nous soulève, vol. 1 (Paris : Minuit, 2019). 

Georges Didi-Huberman, Imaginer recommencer. Ce qui nous soulève, vol. 2 (Paris : Minuit, 2021) 

Émilie Goin & Julien Jeusette, Écrire la révolution (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2018). 

Jean-François Hamel, Nous sommes tous la pègre (Paris : Minuit, 2018). 

Christophe Hanna, « Actions politiques/Actions littéraires » in Jean-Christophe Bailly et al., « Toi aussi tu as des armes » Poésie & politique (Paris : La Fabrique, 2011). 

Romain Huët, Le Vertige de l’émeute (Paris : PUF, 2019). 

Justine Huppe, Jean-Pierre Bertrand & Frédéric Claisse, Radicalités. Contestations et expérimentations littéraires, Fixxion, 20 (2020). 

Michel Kokoreff, La Diagonale de la rage. Une histoire de la contestation sociale en France des années 1970 à nos jours (Paris : Divergences, 2021). 

Henri Lefebvre, Vers un romantisme révolutionnaire (Paris : Lignes, 2011 [1957]). 

Mame-Fatou Niang, Banlieues, féminités et universalisme (Leiden-Boston : Brill-Rodopi, 2019). 

Nathalie Quintane, « Lettre à Jean-Paul Curnier », Les Années 10 (Paris : La Fabrique, 2014). 

Maple John Rasza, « Beyond “Riot Porn” : Protest Video and the Production of Unruly Subjects », Journal of Anthropology, 79.4 (2014). 

Isabelle Sommier (dir.), Violences politiques en France de 1986 à nos jours (Paris : Presses de Sciences Po, 2021). 

Anne Steiner, Le Goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « Belle Époque » (Paris : L’Échappée, 2012).


Vous aimerez aussi...