[Thèse en préparation] La théorie littéraire à l’épreuve de la poésie

Gabriel Meshkinfam, « La théorie littéraire à l’épreuve de la poésie. À propos de quelques dialogues manqués (1945-1969) »

Thèse préparée à l’Université de Paris (CERILAC), sous la direction de Dominique Rabaté

Thèse inscrite en 2021

Notre hypothèse de départ naît d’un constat concernant une certaine originalité française de la critique littéraire d’après-guerre. En effet, alors même que l’Hexagone concentre dès 1945 une immense activité poétique et que le monde intellectuel se passionne véritablement pour la question « qu’est-ce que la littérature ? », aucune base solide pour une pérennisation du dialogue entre le poème moderne et la théorie littéraire ne semble avoir été posée. Chez Sartre ou Barthes, mais aussi Genette ou Goldmann pour ne citer qu’eux, la poésie est, au mieux rapidement écartée, au pire royalement absente. Quelques critiques font bien sûr exception, mais toujours dans des études localisées et qui ne portent que rarement sur des poètes ou poétesses du moment. Il faudra attendre 1964 pour les Onze études sur la poésie moderne de Richard et les années 1970 pour la traduction en français de Friedrich… En somme, entre la mort de Valéry et la naissance d’une critique que nous appellerons « post-structuraliste » faute de mieux, la poétique paraît se faire sans la poésie moderne. Moins peut-être qu’un véritable oubli, qu’un angle mort de la théorie littéraire, un dialogue manqué donc ; ou plutôt des dialogues manqués dont nous entendons prendre principalement la mesure autour de la trinité Sartre, Barthes et Blanchot.

Mots clefs : théorie littéraire – poésie moderne – critique



Citer ce billet
Laure Michel (2021, 17 novembre). [Thèse en préparation] La théorie littéraire à l’épreuve de la poésie. Poemata. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/swx9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search