[Séminaire] La Fabrique pongienne

Séminaire La Fabrique pongienne

(OBVIL-Sorbonne / MARGE-Lyon 3, P. Flepp, B. Auclerc, resp.).

27 mai 2021, 15h-17h

par visio-conférence :

https://u-paris.zoom.us/j/84018724775?pwd=a0w4eHh1UlZyVXY4aGl1OU5kOTFhZz09

ID de réunion : 840 1872 4775

Code secret : 196654

Flora Souchard, Université de Cergy Pontoise

Vol de locuste et bond de salicoque : rencontre entre Ponge et Saint-John Perse dans les remous des bêtes.

Si Ponge et Saint-John Perse ont développé des poétiques difficilement comparables, au point que le premier n’ait eu de cesse de s’opposer au second, leurs bestiaires respectifs s’avèrent riches en points de contact où se révèlent les dissonances, les antagonismes mais aussi les rencontres fugaces entre leurs écritures.

La faune attire en effet l’attention conjointe des deux hommes, non pas tant dans le choix des bêtes mentionnées que dans la fascination pour leur dynamique, pour leur excessivité qui, rompant les codes de pensées et les cadres de l’existence, innerve les œuvres. Nous nous consacrerons en particulier aux tracés dessinés par ces bêtes et à leur résonance stylistique, qui permettront d’amorcer une poétique comparée de la ligne – pour reprendre les mots de l’anthropologue Tim Ingold, qui a montré l’importance des traits et motifs dans le monde des hommes. Dans le sillage anhumain des bêtes, les deux poètes montrent, par un jeu constant de détours, de bonds et d’oblicités, qu’en cherchant une porte de sortie à un langage étriqué, ils se retrouvent parfois en territoire commun.

Pamela Krause, Sorbonne Université-Université Catholique de Louvain

Penser le monde après Kant : le parti pris de la cosmologie pongienne

Comment concevoir une cosmologie poétique à partir de l’interdit kantien tel qu’il se donne à lire dans la fameuse Critique de la raison pure ? Telle est la question à laquelle notre proposition de communication se propose de répondre. Ponge, philosophe de formation, ne peut ignorer l’interdit qui pèse sur le monde comme cosmos : Kant réduit l’Idée de monde à un besoin abusif et illusoire d’une raison déchirée par la contradiction et l’antinomie. La raison ne peut en effet saisir une totalité inconditionné puisqu’une telle Idée dépasse les capacités finies de la connaissance humaine (à savoir l’intuition et l’entendement). Impossible à penser, le cosmos est donc réduit aux dimensions d’une nature mécanique qu’il revient à la science d’examiner. Or l’entreprise pongienne oscille entre une assimilation du legs kantien et son refus : alors que le poète revendique un matérialisme intégral, qu’il rejette le regard de surplomb que lui confère l’énonciation lyrique, qu’il adopte un lexique et une méthodologie scientifique, il ne peut s’empêcher de rager contre le mutisme du monde (Ponge s’acharne à vouloir élaborer une cosmologie très teintée de présocratisme…) Il s’agira donc d’examiner la façon avec laquelle Ponge tente d’établir une cosmologie en contournant l’interdit kantien : nous verrons en quoi sa posture poétique se présente comme une subversion des commandements du philosophe de Königsberg.

Lien vers la Société des lecteurs de Francis Ponge : http://francisponge-slfp.ens-lyon.fr/


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search