[Soutenance de thèse] Henri Michaux, « opérateur de gestes »

« Henri Michaux  ‘opérateur de gestes’. Le rôle de la gestuelle dans l’œuvre écrite et dans la peinture »

Thèse présentée par Serena Pompili, le 20 mai 2021, Università degli Studi Roma Tre

Thèse préparée sous la direction de Luigi Magno

Jury :

  • M Luca Bevilacqua (Università degli Studi Roma Tor Vergata)
  • M Gabriele Guerra (Sapienza – Università di Roma)
  • Mme Ute Christiane Weidenhiller (Università degli Studi Roma Tre)

Résumé :

Cette thèse vise à faire émerger, à travers un dialogue entre sa production textuelle et ses objets plastiques, le fonctionnement de la grammaire gestuelle de Michaux, conçue dans sa dynamique «sensuelle, pulsionnelle, imaginaire». Mue par un désir d’affranchissement de tout ce qui constitue une norme ou une structure, la recherche de Michaux vise en effet l’évacuation du rythme (le mal c’est « le rythme des autres ») et du langage d’autrui (« le piège de la langue des autres ») à travers la réinvention d’un nouveau répertoire de gestes.

L’outillage critique qui a permis cette réflexion a une nature interdisciplinaire et convoque des théories anthropocentriques (Marcel Jousse, Merleau Ponty, Michel Guerin), des études sur l’image (Klee, Anne Marie Christin) ainsi que des études sur le geste créatif (Margit Rowell, Dominique Rabaté, Bernard Vouilloux).

Le geste est, chez Michaux, à la fois intérieur et corporel. L’analyse que cette thèse propose démarre alors de la dimension corporelle des gestes, pour toucher ensuite une dimension plus générale et panoramique (qui s’organise autour du processus de création et de son esthétique), et enquêter enfin autour de la dimension intérieure et pulsionnelle de ces mêmes gestes.

Henri Michaux, Abstract composition. Source : Wikipedia

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search