[Thèse en préparation] La Pléiade légère

Adèle Payen de La Garanderie, « La Pléiade légère : innovations stylistiques dans les petits genres à la Renaissance (1550-1585) »

Thèse préparée à Sorbonne Université (STIH) sous la direction d’Anne-Pascale Pouey-Mounou

Thèse inscrite en 2019

Résumé :

Paris, juillet 1549 : les élèves du collège de Coqueret organisent, en l’honneur de leur maître Jean Dorat, un « folastrissime voyage » à Arcueil. C’est la naissance de la poésie légère de la Pléiade. Quatre ans plus tard, le Livret de Folastries de Ronsard (avril 1553) symbolise un moment d’apothéose de cette esthétique, très vite imitée – et nuancée, car le Livret fit scandale – par ses compagnons. Tout au long de ces années, qui coïncident globalement avec le règne d’Henri II, la jeune Pléiade n’a de cesse d’expérimenter et, parmi leurs coups d’essai, le « mignard & dous stille[1] » d’inspiration érotique (Catulle, Anacréon) et le « beau stille bas » rustique (Ovide, Virgile, l’Anthologie Grecque), occupent une position privilégiée et, même, fondatrice. Voici le temps des Amours et de leurs Continuations mais aussi des Bocages et Mélanges ronsardiens ; les Amours de Méline de Baïf, les Poésies mignardes de Tahureau, les Gayetez de Magny, les Petites Inventions de Belleau ou les Divers Jeux Rustiques de Du Bellay participent de cette esthétique. Cette partie de la production de la Pléiade a été peu étudiée, alors même qu’elle est la manifestation la plus frappante d’un idéal commun de diversité (varietas) : portant les noms de folâtreries, odelettes, chansons, baisers ou « hymnes-blasons »[2], ces petits genres possèdent une grande homogénéité de ton, que les poètes appellent mignard ou folâtre, mais aussi, sous la plume de Dorat, légers. Selon moi, ces œuvres constituent un laboratoire d’innovation : avec elles, la création se libère des cadres théoriques traditionnels pour fonder une œuvre reposant, non plus sur la hiérarchie des styles, mais sur une poétique du sujet.  


[1] Ronsard, Nouvelle Continuation des Amours, « A son livre » (Lm VII, p. 315-325). 

[2] Notion forgée par A. Eckhardt dans sa thèse sur Rémi Belleau (Budapest, J. Németh, 1917).  

Mots-clés : Pléiade – Stylistique – Petits genres


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search