[Thèse en préparation] La politique du poème en prose

Anton Hureaux, “La Politique du poème en prose : les modes de participation du poème en prose au collectif (1855-1948)”

Thèse en littérature, inscrite à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, sous la direction d’Henri Scepi.

Date d’inscription : septembre 2019

Résumé :

Au milieu du XIXe siècle, le poème en prose émerge sur fond d’une profonde transformation de la société. A l’ère des « villes énormes » (Baudelaire), le choix de la prose par certains poètes a pour enjeu de ressaisir et de représenter une modernité qui a modifié les données du sensible commun et la forme des rapports humains. Il permet aussi, avec l’essor du journalisme, dont le poème en prose exploite, dès ses débuts, les procédés énonciatifs et les moyens de diffusion, de redéfinir la place de la poésie dans un espace de parole publique qui s’est élargi aux masses. En ce sens, la réélaboration du poétique à l’œuvre dans le poème en prose engage une politique : elle renouvelle les formes de la relation et les modes de participation de la poésie à la sphère collective, et pose en retour la question de sa puissance d’incidence sur l’organisation historique de la communauté et sa configuration du commun. C’est précisément cette requalification politique de la poésie, dans l’écriture du poème en prose, qu’entend explorer la thèse intitulée « La Politique du poème en prose », depuis la publication des premiers poèmes en prose de Baudelaire, en 1855, qui interrogent le rapport de la poésie au prosaïsme de l’existence moderne, jusqu’à celle, en 1948, de deux recueils qui redéfinissent les rapports de la poésie à la prose et de la poésie à l’actualité politique : Fureur et Mystère de René Char et Proêmes de Francis Ponge.

Mots-clefs :

            Poème en prose ; politique ; poésie ; modernité ; collectif


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search