[Soutenance de thèse] Les politesses du seuil

Les politesses du seuil. Etudes bibliographique et critique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France (1598-1683)

Thèse présentée par Frédéric Martin, le 27 avril 2021, à 13h, Sorbonne Université, Ecole doctorale III, CELLF UMR8599.

Thèse préparée sous la direction de M. Patrick Dandrey, professeur émérite de littérature française, Sorbonne Université

La soutenance se déroulera en visio-conférence :
https://bnf-fr.zoom.us/j/91730347643?pwd=V3pCT2xueExBeTVQb2t5QUVSUHZ1Zz09

Identifiant de réunion : 917 3034 7643
Code : 945926

Membres du jury :
M. Patrick Dandrey, professeur émérite, Sorbonne Université
Mme Emmanuelle Bermès, conservatrice générale des bibliothèques, BnF
M. Alain Génetiot, professeur, Université de Lorraine
M. Glenn Roe, professeur, Sorbonne Université
M. Bernard Teyssandier, professeur, Université de Reims Champagne-Ardennes

Résumé :

Cette thèse porte sur les pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques publiés en France entre 1598 et 1630. Elle comporte trois volets : un répertoire bibliographique qui recense 988 poèmes amicaux, issus de la consultation de 213 éditions ; une étude littéraire portant sur différents aspects de cette composante de l’appareil péritextuel ; un graphe social représentant, de manière dynamique, l’ensemble des liens de sociabilité que révèlent les poèmes d’éloge liminaires, c’est-à-dire le réseau social public des amitiés poétiques.
L’étude littéraire analyse, en premier lieu, le péritexte amical en tant qu’objet éditorial, inscrit dans une stratégie « marketing » et relevant d’une captatio benevolentiae déléguée à des tiers. Un partage des responsabilités s’opère entre l’imprimeur-libraire, l’auteur du recueil, et celui du poème liminaire. En second lieu, nous étudions les principes rhétoriques, poétiques et topiques concourant à la composition de l’éloge du poète. Une écriture fortement codifiée, tant dans ses procédés stylistiques que dans ses référents topiques, dessine le portrait du poète idéal. Enfin, nous nous attachons à caractériser les cercles d’amitiés poétiques, qui ne témoignent pas uniquement d’une volonté de reconnaissance par les pairs, mais d’un souhait d’ouvrir les pages du recueil à l’entourage, à la famille, aux connaissances professionnelles, sollicités comme témoins de moralité plutôt que prescripteurs littéraires. Les mentions accompagnant de nombreux poèmes liminaires livrent de précieuses informations sur les qualités et professions des amis du poète, révélant ainsi les spécificités de leurs positions sociales.

Carnet de recherche de Frédéric Martin : https://politesses.hypotheses.org/

***

Position de thèse :

Les ouvrages publiés au XVIIe siècle contiennent pour une grande part des objets littéraires d’une nature particulière : les pièces liminaires dédiées à l’auteur. Ces textes ne retiennent généralement pas l’attention des chercheurs ou des amateurs, pour plusieurs raisons : premièrement, elles font partie du paratexte, ou plus précisément du « péritexte » (G. Genette) et non de l’œuvre elle-même. Or, le paratexte comme objet de recherche est de création relativement récente et son application porte surtout sur la période contemporaine, à deux notables exceptions : la thèse de Wolfgang Leiner (Université de Tübingen) dans les années 60 consacrée aux épîtres dédicatoires en France de 1580 à 1715 ; le projet « Idées du Théâtre » sous la direction de Marc Vuillermoz (Université de Savoie), portant sur les textes liminaires placés en tête des pièces de théâtre françaises, italiennes et espagnoles des XVIe et XVIIe siècles. En second lieu, ces pièces sont allographes, écrites d’une plume autre, étrangère et possiblement perçue comme intrusive. Le contrat de lecture tacite entre le lecteur et l’auteur de l’ouvrage repose sur une relation duelle, dans laquelle des tiers viennent ici interférer. Enfin, considérées comme des pièces de circonstance et de commande, on leur prête à tort ou à raison des qualités littéraires contestables, à tout le moins inférieures à celles qui se manifestent dans l’œuvre. Ajoutons que ces écrits relèvent du genre encomiastique, d’une rhétorique de l’éloge fort commune au XVIIe siècle mais dont les excès et les artifices ont contribué à son progressif déclin lors des siècles suivants. Le genre encomiastique n’ayant plus les mêmes attraits pour le lecteur d’aujourd’hui, celui-ci ne pourrait retenir de ces écrits que leur effet dilatoire : ils retardent, plus ou moins longuement, l’entrée en matière. Ecriture de la marge, cette pratique n’avait cependant rien de marginal. Elle prend son sens dans le long processus d’émergence du champ littéraire (A. Viala), entendu comme champ social et culturel autonome, tout au long de l’âge baroque et de l’âge classique. La dépendance vis-à-vis du pouvoir extra-littéraire reste forte, comme en témoignent, dans les publications, les épîtres dédicatoires. Celles-ci matérialisent les deux formes de rétribution que sont le mécénat et le clientélisme. Mais les pièces liminaires dédiées à l’auteur occupent une tout autre fonction, tournée celle-ci vers la légitimation interne du pouvoir littéraire, par le biais de la reconnaissance par les pairs et du cautionnement réciproque. Elles sont le reflet d’un autre réseau de sociabilité, celui des proches, des amis, des fraternités et des parrainages intellectuels. Toutes ces voix s’accordent pour célébrer les qualités de l’auteur et de son œuvre, en un geste éminemment public et démonstratif. Laudateur des princes dont il sollicite la faveur, l’auteur devient à son tour sujet de louange : on le célèbre, on contribue à sa notoriété ou à son prestige. Mais le but recherché est aussi de valoriser l’activité littéraire pour elle-même.Ni le XVIIe siècle, ni le genre poétique n’ont l’exclusivité de cette pratique. Née dans les cercles humanistes de la Renaissance, elle couvre l’ensemble des formes d’écriture savante et littéraire publiées sous la forme de recueil d’auteur, et ne concerne donc pas les courtes publications de circonstance et les recueils collectifs ou anonymes. Les ouvrages poétiques nous semblent un champ de recherche pertinent pour deux raisons. D’une part, ces pièces liminaires sont presque exclusivement composées en vers et sont elles-mêmes des compositions poétiques. Elles entrent donc en résonance formelle avec l’œuvre qu’elles introduisent. D’autre part, au début du XVIIe siècle, la poésie est considérée comme le genre noble, le genre littéraire par excellence où les qualités d’écriture trouvent le mieux à s’exprimer. La poésie est le lieu privilégié de la littérarité. Enfin, du point de vue chronologique, il nous a semblé intéressant d’étudier les effets intra-générationnels, en privilégiant une génération de poètes, celle qui composa entre 1598 et 1630. Le premier enjeu est celui de la connaissance bibliographique de ce phénomène éditorial et littéraire. La consultation de 213 éditions publiées pendant cette période nous enseigne que près de 70 % des recueils poétiques contiennent des poèmes de louange dédiés à l’auteur. Notre répertoire bibliographique en identifie 988. La répartition par langue s’établit de la manière suivante: 69,4 % sont composés en français, 27 % en latin, 2,9 % en grec et 0,7 % dans d’autres langues romanes. Parmi les 686 poèmes composés en français, 40,5% sont des sonnets et 18,3% sont des quatrains.Le parti pris méthodologique de cette thèse vise à croiser les regards, car les poèmes liminaires dédiés à l’auteur sont à la fois des objets éditoriaux, littéraires, et sociaux. Leur “signification globale”1 (H. Lafay), ne peut être saisie, selon notre conviction, qu’en tenant compte de cette réalité plurielle. Dans le premier chapitre, nous avons choisi de les étudier du point de vue de l’histoire du livre, comme éléments de l’appareil péritextuel, en tachant de comprendre comment se répartissent les rôles entre ces différentes autorités que sont l’imprimeur-libraire, l’auteur du recueil, l’auteur du poème d’éloge. La pratique des pièces de louange liminaires s’apparente à une captatio benevolentiae déléguée à des tiers. Trois études comparées nous ont permis d’analyser les usages normatifs et leurs variantes: en retenant d’abord l’exemple d’un auteur, Philippe Desportes, publié par plusieurs éditeurs; puis, plusieurs auteurs publiés par le même éditeur, Toussaint Du Bray; enfin, un laudateur, Jean Le Blanc, ayant composé des vers liminaires pour plusieurs auteurs de recueils, publiés chez différents éditeurs. Nous avons également porté notre intérêt sur les effets d’intertextualité, qu’il s’agisse des traductions, des jeux de «réponses» et de références, mais aussi du pastiche et de la parodie, grâce à l’exemple des Poésies et Rencontres de Louis de Neufgermain (1630). Dans le deuxième chapitre, nous avons exploré les champs rhétoriques et poétiques à l’œuvre dans ces poèmes relevant du genre épidictique. Les laudateurs disposent d’un éventail de stratégies démonstratives pour dresser l’éloge de leur ami: l’exaltation de son nom par les jeux onomastiques (calembours, anagrammes et poèmes acrostiches); la valorisation du sujet de l’œuvre; la comparaison de l’auteur avec des poètes illustres; les personalia–rares allusions à différents traits biographiques de l’auteur; l’auto-dévalorisation du laudateur au profit de l’auteur; la polémique littéraire, au moyen des figures repoussoirs que sont les détracteurs et les médisants. Diverses formes poétiques sont représentées dans notre corpus: les formes courtes (quatrains, sizains, huitains appelés«épigrammes»), les sonnets, les formes longues (odes, stances, élégies). Les sonnets et les quatrains sont les plus usités, représentant 59 % des pièces composées en français. Les principales figures rhétoriques du portrait élogieux sont l’apostrophe, l’hyperbole et les différents tropes de l’amplification, les effets de contraste et de parallélisme, ainsi que les pointes ingénieuses (concetti). Cette écriture de l’excès pousse à leur paroxysme le précepte de Quintilien res ornare et amplificare. Il n’entre point de demi-mesure dans ces éloges, au style fortement stéréotypé, où s’exprime une vision superlative et idéalisée du poète, à bien des égards indépendante de celui qui l’inspire. Le troisième chapitre est consacré à la topique de l’éloge du poète, c’est-à-dire l’ensemble des lieux composant un imaginaire partagé, dans lequel puisent les laudateurs. L’exemple des Marguerites françoises d’Esprit Aubert (1613) permet d’identifier certaines images attachées à la figure du poète. Les topoï associés à l’inspiration poétique, comme le furor poeticus, sont fréquemment convoqués, mais il convient d’être sensible aux différentes nuances sémantiques de la fureur, comme de la douceur, qui peuvent revêtir un sens neutre ou bien polémique, selon le contexte. Le motif horatien de l’ut pictura poesis initie un dialogue fécond entre la poésie et les arts visuels, non exempt de rivalité. Les mythologismes (Orphée, Apollon et les Muses), à valeur ornementale, sont la marque d’une écriture qui se distingue du prosaïsme et fait référence à un savoir culturel commun à une élite lettrée. La figure du poète-soldat est un autre topos dont la vitalité s’illustre par des auteurs comme Agrippa d’Aubigné, Marc Papillon de Lasphrise, Annibal de Lortigue ou bien Claude de Trellon. Enfin, la gloire et la postérité sont des thèmes particulièrement prisés des laudateurs: cette forme d’immortalité que seule peut conférer la mémoire littéraire est le plus grand bien que l’on puisse souhaiter à un auteur. Si l’œuvre gagne l’éternité, l’éloge amical en sera le durable témoin. Dans le quatrième chapitre, nous avons étudié les poèmes d’éloge liminaires en tant qu’objet sociaux, comme témoins de relations interpersonnelles. L’amitié au début du XVIIe siècle n’est pas seulement une relation d’affection privilégiée entre deux ou plusieurs individus, mais une valeur philosophique, littéraire et sociale. Elle est encore tout investie de l’héritage antique, celui du Lysis de Platon, de L’Ethique à Nicomaque d’Aristote et du Lælius de Cicéron. Les pièces d’éloge liminaires reflètent les deux modèles représentatifs qui coexistaient alors: celui de l’amitié-passion (Achille et Patrocle, Cicéron et Atticus, Montaigne et La Boétie) et celui de la philia universelle, un sentiment de bienveillance, une pratique de l’urbanitas, gage de concorde civile. Dans des circonstances extrêmes, l’amitié est mise à l’épreuve: le procès de Théophile de Viau et l’affaire du Cabinet satyrique nous montrent comment une pièce liminaire amicale devient une «pièce à conviction» embarrassante. Les réseaux de sociabilité poétique sont d’une grande diversité et ne témoignent pas uniquement d’une volonté de reconnaissance par les pairs, même si cette dimension reste importante. En effet, les poètes ne sollicitent pas que leurs confrères, mais plus largement leur entourage professionnel et familial, leurs amis d’enfance ou camarades d’études, leurs coreligionnaires. Les laudateurs sont nobles ou bourgeois possesseurs d’un fief, ou exerçant dans les domaines de la justice, de la médecine, de l’enseignement. Plus que des lecteurs informés, ils font office de témoins de moralité et expriment tous, à leur manière, la conviction que l’auteur qu’ils connaissent personnellement est digne d’être lu.Au commencement de notre recherche, nous avons postulé l’idée selon laquelle le réseau public des amitiés poétiques, ainsi révélé parles poèmes de louange liminaires, pouvait se prêter à une représentation infographique. Cette méthode a été expérimenté avec succès dans l’étude des réseaux de correspondance actifs au sein de la République des Lettres (S. Haffemayer, A. McKenna, A. Leroux). Après avoir réalisé un prototype, pour en éprouver la faisabilité et la pertinence pour notre corpus, nous avons représenté, sous la forme d’un graphe social, l’ensemble des liens de sociabilité dont témoignent ces poèmes. A cette fin, nous avons utilisé l’outil libre Gephi, créé en 2008 par des étudiants de l’université de technologie de Compiègne et son visualiseur dynamique, conçu par Raphaël Velt (université de Sciences Appliquées de Bréda, Pays-Bas). Ce graphe social est librement consultable à l’URL: http://these.acalon.fr/. La navigation dynamique au sein de ces cercles de sociabilité permet de découvrir des amis communs à plusieurs auteurs et de visualiser les liens de réciprocité. Les algorithmes mathématiques opèrent des rapprochements qu’une lecture humaine, nécessairement parcellaire, ne pourrait aisément effectuer.

1 «Cette solidarité des poètes a une expression littéraire spécifique et très courante, celle des «pièces liminaires» (aussi constante et aussi significative qu’à un autre point de vue la pratique de la dédicace). (…) Tous ces faits sont dans l’ensemble bien connus, mais on ne s’est pas assez appliqué à en saisir la signification globale. Leur valeur n’est ni superficielle, ni anecdotique, ni surtout anodine», LAFAY, Henri, La Poésie française du premier XVIIe siècle, Paris, A. G. Nizet, 1975, pp. 61 et 63.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search