[Evénement, colloque] Poet.e.s.s.e.s Qu’est-ce qu’une femme poète?

Colloque Poet.e.s.s.e.s Qu’est-ce qu’une femme poète? Histoire, création, politique, 10, 11 et 12 mai 2021.

En ligne :

en direct sur la chaine YouTube de l’événement « Festival- qu’est-ce qu’une femme poète? »

et en différé sur le site : https://poetesses.hypotheses.org/

Résidence poétique
3, 4, 5 mai 2021

Colloque
10, 11, 12 mai 2021

Résidence poétique à Un lieu pour respirer (Les Lilas), au cours de
laquelle auront lieu ateliers d’écriture, de traduction, de création de
fanzine, une performance et une lecture publique ouverte.

Le colloque universitaire se déroulera en ligne et s’intégrera dans une
programmation culturelle plus large qui réunira poètes, traducteur·rice·s,
éditeur·rice·s, libraires et chercheur·euse·s autour de tables rondes et de
lectures. Il est à suivre en direct sur la chaîne YouTube de l’événement :
« Festival – qu’est-ce qu’une femme poète ? », ou en différé sur le site du
festival : https://poetesses.hypotheses.org/

Les trois journées du colloque seront suivies de soirées de lectures et de
performances, à suivre en direct sur la chaîne Youtube du festival,
puis
temporairement sur le site. La soirée de clôture sera rediffusée en direct
depuis la Maison de la poésie.

Résumé :

Le festival Poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s est le fruit d’échanges réguliers d’un collectif de 10 doctorant⋅es, de chercheur⋅euses et de poètes, depuis l’automne 2019. Ce qui nous a d’abord rassemblé.es est la conscience d’un manque flagrant dans la façon dont le paysage poétique français est défini par la recherche existante : le manque de femmes, de personnes racisé⋅es, de personnes queer. Pour parler et faire parler de ce manque ensemble, nous avons décidé de nous adresser aux premier⋅es concernées : les poètes. Elles sont plus d’une vingtaine à prendre la parole durant ce festival. Pour éviter de séparer théorie et pratique, poètes, acteur⋅rices du monde éditorial et critiques, nous avons décidé d’articuler un colloque universitaire, des soirées de lectures et performance, des conférences de poètes, et des ateliers pratiques (d’écriture, de traduction, de fanzines). Pour créer du commun.

Argumentaire :

Le festival Poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s est le fruit d’échanges réguliers d’un collectif de 10 doctorant⋅es, de chercheur⋅euses et de poètes, depuis l’automne 2019. Ce qui nous a d’abord rassemblé.es est la conscience d’un manque flagrant dans la façon dont le paysage poétique français est défini par la recherche existante : le manque de femmes, de personnes racisé⋅es, de personnes queer.

Pour parler et faire parler de ce manque ensemble, nous avons décidé de nous adresser aux premier⋅es concernées : les poètes. Ielles sont plus d’une vingtaine à prendre la parole durant ce festival. Pour éviter de séparer théorie et pratique, poètes, acteur⋅rices du monde éditorial et critiques, nous avons décidé d’articuler un colloque universitaire, des soirées de lectures et performance, des conférences de poètes, et des ateliers pratiques (d’écriture, de traduction, de fanzines). Pour créer du commun.

Ce commun est certes amoindri par la distance imposée par la situation sanitaire. Mais nous avons décidé de faire vivre l’événement coûte que coûte, quitte à nous rencontrer en chair et en os quand l’époque sera plus propice, et que cela soit prétexte à d’autres événements encore.

Notre démarche est profondément féministe : c’est-à-dire transféministe, queer, nonessentialiste, anti-raciste. Les poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s invité⋅es, celleux qui prennent la parole, celleux qui sont évoqué·e·s, sont éminemment pluriel⋅les. De cette diversité-là, le Festival Poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s a voulu aussi se faire la caisse de résonance.

La poésie a fait l’objet d’une capture, qui réduit son espace et tient à distance nombre de celleux qui la pratiquent : les femmes*, les personnes queer, les personnes racisées. Le Festival Poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s veut occuper ce mot, le réclamer, se le réapproprier. Réinventer les définitions. Pousser les murs1.

Cet espace que nous ouvrons, nous le savons précaire, précieux, fragile. Il existe comme une contrariété, ou comme une contre-attaque. Comme une menace qui gronde. Ou le signal qu’écoute Jodie Foster dans Contact2.

À celleux qui sont menaçant⋅es, qui ont mauvaises réputations ou mauvais goût, qui exagèrent, qui outrepassent, mais aussi celleux qui agissent de manière souterraine, les absent⋅es. Nous disons que nous voulons les lire, nous voulons en hériter, nous voulons que leurs mots inondent le paysage, qu’ielles le noient s’il faut.

Ce festival n’est pas une parenthèse, il ouvre un espace à l’écoute des histoires discrètes, des lignées obscures ou invisibilisées, à la recherche d’héritages comme de communautés possibles.

Chaque mot prononcé est du terrain que nous gagnons. Nous initions des gestes.Nous tissons des toiles. Nous tirons des fils.Nos théories sont des filles* entrelacées3.

Références :

1. »Réinvente les définitions. Pousse les murs », Kiyémis, À nos humanités révoltées, Premiers Matins de Novembre éditions, 2020.

2.Mia Brion, lors de la séance de présentation du Festival Poet.e.s.s.e.s du Chicago Center à Paris organisée par Christine Planté et Damien Zanone, 07/04/2021.

3. »Mes théories sont des filles entrelacées », Liliane Giraudon, La Poétesse, Paris, P.O.L, 2009.

PROGRAMME DU FESTIVAL/ COLLOQUE à télécharger :

Site de l’événement : https://poetesses.hypotheses.org/


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search