[Thèse en préparation] Penser l’éloge du monde au XXe siècle

Pamela Krause, Penser l’éloge du monde au XXe siècle avec Saint-John Perse, Paul Claudel, Francis Ponge.

Thèse préparée en littérature et en philosophie, sous la direction de Christian Doumet et de Jean Leclercq, en co-tutelle : Sorbonne Université (CELLF, ED III) et Université catholique de Louvain. 

Date de soutenance prévue : 2022

L’éloge se définit comme une posture amplificatrice d’un objet intra mondain à partir d’une emphase langagière. Or le monde comme cosmos (cette Idée inconditionnée, cette totalité organisée de l’ensemble des étants) n’est-elle pas l’objet idéal, l’horizon suprême de toute pratique laudative? Une analyse historique de la pratique laudative grecque puis judéo-chrétienne montrera la nature éminemment cosmologique de tout chant laudatif. Le monde est en effet pensé comme la condition de possibilité de tout chant laudatif : il s’agira par ailleurs de repérer diverses postures/ performativités laudatives (le chant choral, la louange psalmique…) à partir de mutations épistémiques qui viennent en affecter l’horizon (à savoir, le concept de monde).  
Le tournant kantien vient, toutefois, inquiéter et détruire le monde comme Idée inconditionnée : il s’agira d’examiner la possibilité de l’éloge post-kantien du monde à partir des poètes du corpus et de la phénoménologie heideggérienne. Comment mobiliser l’amplification, les superlatifs, l’emphase de ce qui se refuse à la totalisation et qui se refuse à la finitude humaine ?


Mots-clés : nature, cosmos, cosmologie, poésie, phénoménologie, Martin Heidegger, Emmanuel Kant


Vous aimerez aussi...