[Rencontres en ligne] L’idée de monde en littérature

L’idée de monde en littérature et en philosophie. Rencontres virtuelles.

II. Regards critiques : le monde littéraire, vendredi 2 avril 2021, 17h30

Alexandre Gefen (CNRSUniversité Paris Sorbonne-Nouvelle) et Pamela Krause (Sorbonne université, UCL)

Les confinements, les formes variées d’isolement et de désocialisation, l’invitation au retour aux structures sociales élémentaires, l’inaccessibilité de la nature, la virtualisation des rapports humains, la militarisation ou la médicalisation du commun, la fin des voyages, l’invitation à la souveraineté et à la démondialisation n’auront pas raison de notre désir d’accéder au monde, d’écrire le monde, de faire monde.

L’idée de monde semble désigner, dès son origine grecque (le κόσμος, signifiant à la fois arrangement et monde), un mouvement de totale subsomption autour d’un principe d’intelligibilité—Weltanschauung qui permettrait de « nous unir avec la Nature », habitation au centre « de toutes nos aspirations » (Novalis). Établie comme une fiction rassurante à partir de Kant, le monde traduirait une soif d’inconditionné, un besoin secrété par la raison : une expérience totale des phénomènes sensibles étant impossible, l’objet « monde » peut être contesté à l’heure du miroitement d’une infinité de mondes, virtuels et réels, coprésents, comme le propose Markus Gabriel (Pourquoi le monde n’existe pas). C’est pourtant précisément dans ce déchirement entre l’interdit épistémologique et le besoin d’habitation sereine que se nichent les pensées philosophiques, les désirs politiques, les poésies et les proses du monde, les fictions de mondes possibles – pensons au pari fou que constitue Le tour du monde en 80 jours— projet repris par Jean Cocteau (qui en avouera la difficulté technique, 100 ans plus tard), Blaise Cendrars (Du monde entier au cœur du monde), Nicolas Bouvier (L’usage du monde) et, plus récemment, par Olivier Rolin (L’invention du monde). L’acte d’éprouver et de prouver le monde s’entend dans l’immense souffle poétique de Saint-John Perse, dans l’inventaire quasi encyclopédique du monde chez Du Bartas, Walt Whitman, Francis Ponge ou dans le simultanéisme poétique borgésien comme dans les tentatives très contemporaines de dire la mondialisation.

La littérature et les sciences humaines se présentent souvent comme des tentatives de construction, de mise en partage, d’interrogation de la notion métaphysique de monde et de la notion politiques de monde commun : tout se passe encore aujourd’hui comme si, ayant renoncé à tout regard systématique de surplomb, philosophes et écrivains ne cessaient pourtant pas d’interroger et de rêver des mondes dont l’unité toujours présomptive, toujours problématique, oscille entre la présence et l’absence, le possible et l’effectif. L’objet de ces rencontres virtuelles, à l’heure où le monde reste encore en suspens, est de revenir sur l’histoire, les usages, les critiques de l’idée de monde en littérature et en philosophie.

II. Regards critiques : le monde littéraire, vendredi 2 avril 2021 17h30

Lien Zoom pour assister au séminaire :
https://us02web.zoom.us/j/86244371408?pwd=c2NNVmdTbGZzV2IzZHJCbEIxdG9pZz09

17h30-17h55 Christian Doumet (Sorbonne université), Notes sur le ciel bleu par temps de confinement.

17h55-18h20 Michel Collot (Sorbonne nouvelle), Le monde comme horizon des horizons dans la phénoménologie et la poésie moderne.

18h20-18h45 Jean-Marc Moura (Paris Nanterre), Entre « littérature-monde en français » et « tout-monde ». La notion de littérature mondiale dans le contexte francophone.

Pause (17h45-17h55)

18h55-19h20 Jason Hong (Université de Yale), Francophone Literature, monde, and the Resistance to the Universal.

19h20-19h45 Jean-Claude Pinson, Anachorète et obligé du monde

Les troisièmes et quatrièmes rencontres (Faire le tour du monde; Habiter le monde en philosophe) sont prévues les 9 avril et 30 avril à 17h30.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search