[Parution] Toucher au “vrai” : la poésie à l’épreuve des sciences et du savoir

Textes réunis par Jan Baetens et Annick Ettlin, revue LHT, n° 24, novembre 2020

Publié sur Fabula : https://www.fabula.org/lht/24/

SOMMAIRE

PRÉSENTATION

Jan Baetens et Annick Ettlin, On a touché au « vrai » : lectures historiques de la figure du poète penseur

DOSSIER

Philippe Frieden, Vérité, contre-vérité : sur la valeur des vers de Villon

Maxime Leblond, « Une langue plus sujet à dire des mensonges que de veritez » : le paradoxe des récits de voyage en vers sous l’Ancien Régime

Benjamin Bâcle, Le jeu des substitutions : poésie et science chez Samuel Taylor Coleridge

Nicolas Wanlin, Poésie scientifique et poétique des sciences au XIXe siècle

Liesl Yamaguchi, Vers le vers véridique : versification et vérité chez Mallarmé

Nathalie Gillain, Des vertus du mensonge : l’invention poétique selon Paul Nougé

Mathieu Perrot, L’Eris de l’erreur : le jeu de l’erreur dans la poétique de Michel Leiris

Camille Rodic, La vérité placée en abîme : du soleil platonicien au Soleil pongien

François Moll, Pour une déontologie poétique : la « justesse » du poème chez Roger Caillois

Madeleine Brossier, La vérité au seuil de l’intelligible : Philippe Jaccottet, entre l’incertitude et l’indéniable

Layla Roesler, La « reconstruction » de la présence : Yves Bonnefoy et l’outil linguistique

ENTRETIENS

Hugues Marchal et Annick Ettlin, Modernités de la poésie scientifique, entretien avec Hugues Marchal

Jan Baetens, Abigael van Alst et Sascha Bru, Entre expérimentation poétique et savoir scientifique : sur la vérité de la littérature, 1890-1950, entretien avec Sascha Bru et Abigael van Alst (MDRN)

VARIA

François Elissalt, La biographie de T.E. Lawrence par André Malraux. Un échec et un apprentissage

Mendel Péladeau-Houle, Barthes poststructuraliste : une utopie de l’insignifiance

Signalons également un dossier d’Acta fabula sur le même sujet : https://www.fabula.org/acta/

ACTA | DOSSIER CRITIQUE n° 60 | DECEMBRE 2020 (VOLUME 21, NUMERO 11)

Toucher au « vrai » : la poésie à l’épreuve des sciences et des savoirs

ELSA COURANT

De l’« Eden » au « Pandémonium » : la littérature à l’épreuve de l’âge industriel

sur : Marta Caraion, « Les Philosophes de la vapeur et des allumettes chimiques » : littérature, sciences et industrie en 1855

EMILIE MERLEVEDE

La vérité poétique : un horizon d’attente ultra-moderne ?

sur : Régine Foloppe, Baudelaire et la vérité poétique

LAURA ROUX

Corbière et la vérité des voix

sur : Thierry Roger, La Muse au couteau. Lecture des Amours jaunes de Tristan Corbière

ANNICK ETTLIN

Éloge des glissements poétiques

sur: Joseph Acquisto, Poetry’s Knowing Ignorance

PIERRE VINCLAIR

La poésie ou les paradoxes de la sincérité

sur : Nicholas Manning, Rhétorique de la sincérité. La poésie moderne en quête d’un langage vrai

JEAN-FRANCOIS DUCLOS

« Si j’étais physicien » : Saint-John Perse et la science

sur : Laurent Fels, Poésie et science(s) chez Saint-John Perse

ANNICK ETTLIN

« On ne creuse jamais en somme que selon l’horizontalité du sillon » : poésie et pensée chez Rancière vs. Badiou

sur : Jacques Rancière, Le Sillon du poème. En lisant Philippe Beck. Alain Badiou, Que pense le poème ?

JAN BAETENS

Faire le réel, fabriquer le vrai

sur : Franck Leibovici, De l’amour

Bizarrement, peu de travaux portent sur la notion de vérité en poésie, sans doute pour plusieurs raisons. Tantôt, la notion va tellement de soi qu’il ne paraît pas même nécessaire de l’interroger. Plus fréquemment ces dernières années, on l’a jugée vague ou trop marquée idéologiquement, on a redouté son caractère essentialisant. Mais le problème tient peut-être plus fondamentalement à autre chose : la réflexion devrait pouvoir s’appuyer sur une articulation entre deux questions, l’une très ancienne (la question du lien entre poésie et savoir) et l’autre typiquement moderne (la question du rapport entre poésie et vérité). Une telle articulation, qui n’a pas encore été bien explorée, requiert une approche à la fois historique et théorique.

Nous voudrions interroger et répertorier dans ce numéro diverses formes de savoirs, de vérités détenus et diffusés par la poésie, mais en soulignant d’emblée leur volatilité et leur instabilité, en supposant que les rapports entre poésie et savoir (ou vérité) sont pris dans des contextes, se construisent dans des discours et reposent sur des croyances.

Quel rapport à la vérité ou au savoir la poésie revendique-t-elle pour affirmer sa légitimité face à la prose ? Quel prestige retire-t-elle du contenu scientifique qu’elle met en forme ? Quel aura lui confère-t-elle en retour ? Plus tard, comment les poètes utilisent-ils la notion de vérité pour préserver, spécifier et valoriser la fonction (parfois la mission) de la poésie ?

Les rapports de la poésie au savoir remontent au moins à Lucrèce, mais leur longue histoire subit plusieurs tournants. Si les premiers troubadours jouaient sur l’homonymie, en occitan, des mots « vers » et « vrai », les travaux de l’équipe d’Adrian Armstrong et Sarah Kay, publiés entre 2007 et 2013, ont permis de déplacer au XIIIe siècle, en réaction à l’émergence de la prose, l’invention supposée moderne d’une vérité spécifiquement poétique – ou plutôt d’une forme et d’une qualité de savoir que seule la poésie pourrait contenir et transmettre, car c’est encore surtout de science qu’il est question à ce moment. Plus tard, les poètes de la Pléiade laissent s’exprimer par le jeu leur appétit scientifique ; au XVIIIe siècle, les vers apportent à la science le prestige du discours noble ; le XIXe siècle voit la prolifération des poèmes « scientifiques », que les travaux d’Hugues Marchal ont bien documentée. À partir du romantisme pourtant, la notion de vérité, qui ne remplace pas encore celle de savoir, est montée en épingle, préparant un rapport de force qui s’établit si bien au début du XXe siècle qu’il a pour conséquence, opposant désormais la poésie à la science, la disqualification des poésies scientifique et didactique. La modernité invente la figure du poète-penseur et assigne à la poésie ses prétentions ontologiques, du moins au sein d’un discours dominant, qui n’exclut pas l’existence de points de vue divergents.

Des récits didactiques en vers de Christine de Pizan à la remise en cause chez Yves Bonnefoy du langage conceptuel, il existe ainsi bien des manières de penser les rapports de la poésie à la science, d’abord, puis à une vérité qui s’en est émancipée : celle par exemple de Vigny, qui fait du poème l’expression « voluptueuse » de l’idée, de Lautréamont, dont la poésie emprunte allègrement au discours des sciences, de Rimbaud, qui use et abuse du mot « vérité » dans ses deux recueils en prose, sous les auspices d’un « suprême savant », de Mallarmé, qui quant à lui substitue l’Idée à la vérité, qualifiant celle-ci de « rien » dans une lettre à la « Gloire du mensonge », de Ponge, dont le rapport au savoir reste difficile à cerner, entre utopisme et ludisme, de Michaux, répétant son mépris pour le scientisme, d’Éluard, qui affiche son rapport à la vérité tout en bouleversant le sens du mot…


Vous aimerez aussi...