[Soutenance de thèse] Francis Ponge, entre singularité et appartenance : compte tenu des autres et partis pris littéraires

Soutenance de thèse de Pauline Flepp


Pauline Flepp soutiendra sa thèse intitulée :

Francis Ponge, entre singularité et appartenance : compte tenu des autres et partis pris littéraires

le lundi 7 décembre prochain à 14h, par visioconférence (zoom),

Sorbonne Université, école doctorale III “Littératures françaises et comparées”, CELLF UMR 8599.

Le lien pour assister à la soutenance est le suivant :

https://u-paris.zoom.us/j/85200136253?pwd=QTZqd1d6d1pobVNNdTlZeFIwVW1pZz09

Le jury sera composé de :

M. Didier ALEXANDRE – Professeur, Université Sorbonne Université

M. Dominique COMBE – Professeur des Universités, École Normale supérieure de Paris

M. Jean-Marie GLEIZE – Professeur des Universités, École Normale supérieure de Lyon

M. Michel MURAT – Professeur des Universités, Université Sorbonne Université

Mme Gisèle SAPIRO – Directrice de recherche, CNRS ; Directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales

Si vous souhaitez assister à la soutenance, veuillez prévenir Pauline Flepp qui vous enverra le code permettant d’accéder à la réunion sur Zoom (pauline.flepp@gmail.com).

POSITION DE THESE :

La tension entre singularité et appartenance peut caractériser l’ensemble de la trajectoire de Francis Ponge. Tension sans cesse recomposée, d’un bout à l’autre de son œuvre, et également de sa vie, entre le primat individuel et le primat collectif, entre désirs d’indépendance et compte tenu des autres. Qui sont ces « autres » ? Nous ne négligerons aucun des faits interactifs qui font un écrivain et un auteur, qu’ils soient de nature institutionnelle, éditoriale, sociale, économique, politique, amicale ou familiale. Il s’agira également de voir comment Ponge se situe dans le temps long de la littérature (passée et à venir) et dans son histoire présente. Il y a la vie littéraire et ses acteurs ; il y a l’histoire des lettres et ses figures illustres, de Malherbe à Mallarmé ; enfin, il y a la république des lettres que Ponge aspire à fonder. En adoptant une perspective diachronique, nous tendrons à montrer que les stratégies d’écriture de Ponge ainsi que les modulations distinctes de sa voix à travers le temps sont intimement liées à sa place dans la communauté et à sa conception de la communauté qu’il estime être appelé à servir.

            Nathalie Heinich a montré, dans ses travaux tendant à expliciter le statut des créateurs, les ambivalences et les variations du « régime de singularité » chez les écrivains et les artistes des XIXème et XXème siècles[1]. Être le seul, être seul : la proximité entre l’expression de la singularité et l’expression de la solitude n’est pas fortuite et l’expérimentation de voies inédites peut faire obstacle à leur assimilation par autrui. L’impératif de singularité exigerait donc une désolidarisation de principe envers toute affiliation collective qui, si elle peut sembler facile sur le papier – il y a d’ailleurs tout un stéréotype de la solitude du créateur – ne va pas forcément de soi dans la pratique. On trouve rarement, chez les écrivains, des choix aussi tranchés que les deux options présentées par Nathalie Heinich, avec d’un côté le retranchement dans la tour d’ivoire, une revendication de l’autonomie de la création, et de l’autre, un refus de l’isolement et une mise en avant de la responsabilité civique de l’écrivain. Le parcours de Ponge témoigne ainsi de maints revirements, interrogations, scrupules, hésitations ; néanmoins, on peut noter une constante d’un bout à l’autre de ce parcours : toute l’œuvre est traversée par une réflexion sur le commun et sur le rôle social de la poésie. L’une de nos hypothèses est donc que loin de subir passivement la tension entre singularité et communauté – intrinsèque à la modernité esthétique, comme l’ont bien montré les travaux de Nathalie Heinich –, Ponge fait de cette mise en tension un des moteurs de son œuvre, en n’ayant de cesse de questionner les enjeux esthétiques et politiques de cette apparente dichotomie. Dans un contexte de forte individualisation de la parole, il assume et incorpore notamment dans la structure même de ses textes son hésitation entre démocratie et totalitarisme, en venant alors à créer une sorte de démocratie interne à l’œuvre.

Notre sujet nous amènera à creuser la piste d’un « Ponge politique ». Les travaux de Jacques Rancière nous ont fourni un cadre théorique précieux : en effet, le travail de Ponge peut bien être qualifié de politique au sens où l’entend Rancière dans Politique de la littérature, en ce que Ponge utilise un matériau commun (la langue), et qu’il a pour ambition d’en proposer d’autres usages. L’objectif de Rancière est de poser la question des pratiques esthétiques au sens de ce qu’elles font au regard du commun ; dans sa lignée, nous tendrons à définir la question politique de l’écriture comme celle du partage de la parole en tant que mode instituant une certaine communauté. Néanmoins, le politique ne nous conduira pas à négliger la politique. Nous reprenons ici la distinction établie par Jean-Marie Gleize dans sa monographie :

Des Douze Petits Écrits aux poèmes écrits durant la guerre, des proêmes les plus “révolutionnaires” à l’“Essai de prose civique” intitulé “Nous mots français” (publiés dans la NRF en 1979), “le” politique (une conception globale de la société et de l’articulation entre cette société et la “pratique de la littérature”) ou “la” politique (l’engagement effectif et actif dans un camp ou dans un autre) s’inscrivent à des degrés divers dans le texte pongien[2].

Cette distinction est cependant posée pour être aussitôt récusée, puisqu’il n’y aurait pas lieu, à propos de Ponge, « de distinguer le politique (au sens large) et la politique (au sens étroit) » :

jamais pour Francis Ponge la conception qu’il se faisait de “l’ordre des choses” ou de la vie de l’homme en société, dans telle société, à tel moment de son histoire, n’a été séparable d’une prise de position concrète, d’une participation effective selon les exigences du temps. Et d’une prise en compte de ces données dans le travail de l’écrivain, tout à la fois en termes de stratégie (claire vision de ce que peut la littérature et de ce à quoi elle sert) et en termes de pratique (tout faire pour mettre en œuvre une poésie cohérente à ces buts)[3].

Les prises de positions politiques de Ponge sont connues, de son implication précoce dans la S.F.I.O. à son orientation gaulliste qui prend forme dans les années 1950 en passant par son engagement au PCF de 1937 à 1947. En revanche, la dimension politique de ses textes n’a pas toujours été perçue : c’est aussi que Ponge n’a en rien une conception instrumentale de la rhétorique, où les règles seraient au service d’un engagement politique. C’est pour cela qu’il s’offusquera au moment de l’affaire des sonnets, en 1954, ne pouvant accepter qu’on choisisse une forme poétique parce qu’elle correspondrait à une certaine idéologie. Sa conception de la rhétorique est totalement étrangère à la notion d’engagement au sens où l’entendront la plupart de ses contemporains dans les années d’après-guerre – soit comment mettre une rhétorique, une forme rhétorique, au service d’idées voire d’un contenu national. La rhétorique pongienne est non engagée, ou plutôt “non gagée”, en ce qu’elle ne donne pas de gages idéologiques – il n’est pas anodin d’ailleurs que Ponge professe à plusieurs reprises son « dégoût des idées » – et son engagement est à chercher du côté de ses partis pris d’écriture, ainsi par exemple celui, constitutif de sa poétique, de donner la parole aux humbles – geste politique passant par une morale de l’écriture, mais n’ayant pas une traduction évidente dans le poème. 

Deux risques peuvent se présenter, dès lors qu’on s’intéresse aux « Politiques de Ponge » : le premier est de voir du politique partout et, en s’appuyant sur quelques phrases remâchées de Rancière, de broder sur la manière d’être politique des textes pongiens en des termes pouvant finalement s’appliquer indistinctement à presque tous les écrivains ; le second serait de le voir seulement « dans certaines “poches” temporelles, aisément isolables[4] », correspondant à des périodes d’engagement effectif de Ponge : les études sur la dimension politique – ou polémiquement non politique, donc politique… – des textes pongiens sous l’occupation sont ainsi légion. En adoptant une perspective diachronique, il s’agira de ne négliger aucune période. Par ailleurs, si Jacques Rancière ouvre sa réflexion sur la politique de la littérature en rappelant qu’on confond souvent la politique avec la pratique du pouvoir, la lutte pour ce dernier[5], on pourra se demander si les ambitions paradoxales de Ponge ne témoignent pas justement d’une oscillation entre deux conceptions du politique. L’« art poétique fondé en raison politique[6]» évoqué par Jean-Marie Gleize est ainsi fait de déclarations polémiques et de contradictions qui montrent les difficultés de l’auteur à trouver sa place, à définir le rôle social du poète et à penser les liens entre poésie et pouvoir.

Explorer la contradiction sans cesse recomposée entre le primat individuel et le primat collectif et la façon dont cette tension politique transversale imprègne un régime d’écriture implique également d’interroger les degrés et les modalités d’appartenance à la communauté littéraire. « Conviction d’une commune condition par rapport à l’expérience de l’écriture », « volonté de s’inscrire, par son œuvre, dans l’histoire de la littérature[7] » : plus encore qu’une volonté, il y a, chez tout écrivain, un besoin d’appartenir à l’histoire des lettres. Comme l’écrit Didier Alexandre, dans son article « Une histoire collective ? », « [l]e passage par le collectif, indissociable du passage du texte au livre, est le prix à payer pour que la singularité, voire l’exception d’une écriture, puisse être reçue[8]. » Deux significations principales peuvent être données à ce collectif, selon que l’on adopte une perspective diachronique ou synchronique.

Comment Ponge va-t-il se situer dans le temps long de la littérature mais également dans son histoire présente ? S’il commence par participer à l’aventure du Mouton blanc (« organe du classicisme moderne ») avant de se rapprocher de Paulhan et de la NRF, il n’est pas pour autant étranger à la logique terroriste qui prévaut désormais dans le monde des Lettres. Sa posture est intéressante car souvent paradoxale voire contradictoire et nous pourrons voir comment, dans le sillon de son mentor, il reprend les ambiguïtés de l’opposition entre Terroristes et Rhétoriciens sans chercher à les effacer. Par ailleurs, la question de l’appartenance renvoie à une problématique du partage qui peut se poser en termes de relations aux autres écrivains et de rapports entretenus avec les grands mouvements littéraires ou artistiques du XXème siècle. Vincent Kaufman montre ainsi comment Ponge a traversé les avant-gardes et comment il a constitué sa singularité dans cette traversée[9]. Là où l’artiste d’avant-garde affiche une attitude de rébellion et de rupture, mais pour se replacer aussitôt sous le signe d’un principe de communication et d’un principe communautaire, Ponge, lui, reste un homme seul, tout en étant extrêmement lucide sur les enjeux qui se nouent autour du collectif. Non seulement, comme le montre Kaufmann, il a très tôt pris acte de l’existence de pratiques collectives et de cette problématique du partage caractéristique des avant-gardes, et c’est donc en toute connaissance de cause qu’il a décidé de rester le témoin (la plupart du temps sceptique) des projets communautaires les plus importants du XXème. Mais il est également un des poètes les plus lucides de son temps quant aux conditions de production et de diffusion des textes – et rappelons que le passage du texte au livre joue un rôle décisif dans le basculement du régime de singularité au régime de communauté.

Le déchirement singularité-appartenance apparaît donc aussi dans l’œuvre et la correspondance à travers une réflexion sur le statut d’écrivain, Ponge étant déchiré entre la volonté de « foncer dans [s]on sens[10]», de poursuivre son projet dans toute sa singularité, et la nécessité de publier pour des raisons matérielles ainsi que pour « imposer » son œuvre :

Enfin il faut, très probablement, que je m’occupe sérieusement d’imposer la lecture de ce que je fais, donc de le publier, en faisant très attention aux organes dans lesquels je le publierai. Il faut aussi, peut-être, que je m’occupe dans une certaine mesure de tactique, et de créer mon école[11].

On retrouve la tension étudiée par Nathalie Heinich entre deux régimes de valeurs a priori antinomiques : « d’une part, l’impératif de singularité, qui porte à privilégier la solitude ou les relations raréfiées avec un entourage restreint, un petit groupe de pairs » ; d’autre part, « l’impératif de communauté », qui pousse, si l’on veut être non seulement publié mais lu, à « l’établissement de liens avec autrui, par la fréquentation du milieu littéraire[12]». Ponge doit assurer son œuvre, la faire vivre, et il doit assurer sa situation, parvenir à vivre tout court et à faire vivre les siens. Dès lors, comment réussir à vivre de sa plume sans renoncer à l’engagement désintéressé, constant et risqué, que requiert la recherche poétique ? C’est une question qu’Anna Boschetti aborde dans son ouvrage sur Apollinaire; elle montre que la stratégie spontanée d’Apollinaire est de hiérarchiser ses pratiques d’écritures : estimant que le désintéressement est la marque des grands poètes, il place la poésie au-dessus des autres genres et le temps et le travail qu’il consacre à son œuvre poétique n’ont aucune contrepartie financière[13].  Chez Ponge, une telle hiérarchisation des pratiques d’écriture est moins nette. Certes, il accepte d’écrire des textes de commande, mais il faut que la commande « soit en quelque façon dans [s]on projet d’expression[14] » ; et il n’hésite pas à aborder la question financière à propos de ses autres textes. L’angle poétique n’exclut donc en rien l’angle économique et vice et versa, et Ponge peut s’occuper de ses « affaires » avec beaucoup d’énergie – énergie qu’il déplore parfois de ne pouvoir consacrer à son œuvre, ainsi qu’en témoigne une lettre de 1948 adressée à Gaston Gallimard :

Du moins, que ce soit entendu une fois pour toutes (que vous ayez donné des ordres en conséquence) que je n’aie plus à m’en occuper, que je n’aie plus qu’à faire ce que j’ai à faire, c’est-à-dire à être à mon travail pour vous, et vous au vôtre pour moi (me publier, me soutenir au niveau qui me convient (j’entends la diffusion, la publicité convenables etc.) Et tout dès lors sera automatique : le succès aussi, vous verrez ![15] 

Pourtant, dans les entretiens avec Sollers, Ponge déclare ne pas être doué pour la « politique littéraire[16] » : il n’a pas su « exploiter [son] petit succès » à la NRF – quand trois de ses textes y furent publiés alors qu’il avait 24 ans – et de façon plus générale, il n’a « jamais su très bien faire [s]es affaires[17] ». Il nous faudra nous défier de l’illusion autobiographique, qui n’a rien à envier à « l’illusion biographique[18] » – le cas de Ponge montre, que ce soit à travers les lettres ou les entretiens, que la première soutient souvent la seconde – et ces dénégations sont à prendre cum grano salis.  Nous tâcherons donc de ne pas ignorer ce que la posture pongienne comporte de lucidité et de stratégie, et ce bien avant la page du Malherbe où il déclare officiellement sa venue à la « tactique ». L’un de nos postulats sera qu’une des caractéristiques de Ponge est justement la grande clairvoyance dont il fait preuve par rapport au jeu – clairvoyance qu’il affiche jusque dans ses textes. Sa lucidité face à un nécessaire basculement du régime de singularité au régime de communauté et la façon dont il fait de ce basculement un des enjeux essentiels de son art poétique seront donc au cœur de notre réflexion, notre “parti pris” étant le suivant : la réflexion sur le commun ne se joue pas seulement dans les hautes sphères de la « politique de la littérature » telle que définie par Rancière, elle est aussi à chercher au cœur de la « politique littéraire » de chaque auteur.


[1] N. Heinich, L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 2005 ; N. Heinich, Être écrivain. Création et identité, Paris, Éditions la découverte, 2000.

[2] J.-M. Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 149.

[3] Ibid., p. 151.

[4] Ibid., p. 150.

[5] « Mais il ne suffit pas qu’il y ait du pouvoir pour qu’il y ait de la politique. […] Il faut qu’il y ait la configuration d’une forme spécifique de communauté. La politique est la constitution d’une sphère d’expérience spécifique où certains objets sont posés comme communs et certains sujets regardés comme capables de désigner ces objets et d’argumenter à leur sujet », J. Rancière, Politique de la littérature, Paris, Éditions Galilée, 2007, p. 11.

[6] J.-M. Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 177.

[7] N. Heinich, Être écrivain, création et identité, op. cit., p. 150.

[8] D. Alexandre, « Une histoire collective ? », in L’histoire littéraire des écrivains, op. cit., p. 235.

[9] V. Kaufmann, « Ponge : traversée des avant-gardes », in Ponge et ses lecteurs, B. Auclerc et S. Coste (dir.), Paris, Kimé, 2014, p. 81-95.

[10] C’est là le conseil que Paulhan donne à Ponge dans une lettre datée de l’été 1954, alors même que le projet pongien semble lui échapper : « Il se peut après tout que ce qui m’a d’abord dans tes écrits donné une sorte de gêne (qui ressemblait à de l’horreur) soit un jour ce que tu as écrit de plus fort. Il dépend de toi… Il faut foncer dans ton sens. » J. Paulhan, F. Ponge, Correspondance 1946-1968, volume II, édition établie par C. Boaretto, Paris, Gallimard, 1986, p. 140. Désormais Corr. II.

[11] F. Ponge, Pour un Malherbe [1965], OC II, p. 124.

[12] N. Heinich, Être écrivain, op. cit., p. 162.

[13] A. Boschetti, La Poésie partout : Apollinaire, homme époque (1898-1919), Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 30.

[14] « Questions à Francis Ponge », Ponge, inventeur et classique [actes du colloque de Cerisy-La-Salle, 1975], Paris, 10/18, 1977, p. 425.

[15] Lettre du 6 juillet 1948, correspondance inédite, archives Gallimard.

[16] Entretiens de Francis Ponge avec Philipe Sollers, op. cit., p. 57.

[17] Ibid. On peut noter que le parcours de Ponge dans l’après-guerre témoigne d’une intrication très forte entre la « politique littéraire » et l’appartenance politique : après l’exil de l’occupation, il revient à une vie publique assez trépidante, notamment du fait de son poste de directeur des pages culturelles de l’hebdomadaire communiste Action.

[18] P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1986, 62-63, p. 69-72.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search