[Disparition] Ilse Garnier (1927-2020)

Ilse Garnier (1927-2020) est décédée le 17 février 2020. 

Née dans le Palatinat, Ilse Garnier étudie le français, puis épouse le poète Pierre Garnier (1928-2014) et s’installe avec lui en Picardie. Elle participe à l’élaboration du « spatialisme » au début des années soixante, s’intéresse à la poésie sonore et à la poésie visuelle. Ses premiers recueils sont co-signés avec Pierre Garnier. Le premier livre qu’elle signe seule est Blason du corps féminin en 1979. Exploration du corps dans l’espace, ce recueil marque le début d’une poésie très architecturée et dépouillée, qu’Ilse Garnier développera sous diverses formes : recueils de feuilles réunies sous pochette, livres d’artiste, projections de diapositives, œuvres éphémères. 

Ilse Garnier, Blason du corps féminin, André Silvaire, 1979

En France, une partie de l’œuvre Ilse Garnier est aisément accessible dans un ouvrage intitulé Jazz pour les yeux, Anthologie de poésie spatiale paru en 2011 chez l’éditeur L’Herbe qui tremble, qui a aussi publié plusieurs de ses autres livres (https://lherbequitremble.fr/auteurs/ilse-garnier.html). On trouvera des études sur son œuvre dans Philippe Blondeau (dir.), Pierre et Ilse Garnier, la poésie au carrefour des languesPresses de l’Université d’Artois, 2010 ; Christine Dupouy (dir.), Deux poètes face au monde : Pierre et Ilse Garnier, Presses universitaires François Rabelais, 2019 ; Marianne Simon-Oikawa, Les poètes spatialistes et le cinéma, Nouvelles éditions Place, 2019, entre autres.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search