[Evénement] Ghérasim Luca

Tourbillon d’être. Ghérasim Luca.

Exposition à la librairie Métamorphoses, 17 rue Jacob 75006 Paris.

du 21 janvier au 23 février 2020

Catalogue par Michel Scognamillo avec des textes de Serge Martin.

208 pages, 365 illustrations en couleurs, 40 euros

Livres, affiches, manuscrits, maquettes, cubomanies, dessins, œuvres en collaboration.

Près de 200 œuvres (livres, manuscrits, collages, dessins) réalisées par le poète, plasticien et performeur d’origine roumaine Ghérasim Luca (1913-1994), que Gilles Deleuze tenait pour l’un des poètes majeurs du XXe siècle. 

L’ambition de cette exposition et de l’important catalogue qui l’accompagne est de proposer pour la première fois une vision panoramique du travail de Ghérasim Luca incluant les ouvrages (livres, affiches, tracts, albums), parfois conçus en collaboration avec ses amis peintres, sculpteurs et photographes (parmi lesquels Jacques Hérold, Victor Brauner, Wilfredo Lam, Gilles Ehrmann, Piotr Kowalski, Pol Bury, Micheline Catti et, en remontant dans le temps, les compagnons du groupe surréaliste de Bucarest) ; les collages originaux, parmi lesquels les célèbres, oniriques, fascinantes cubomanies réalisées en découpant des reproductions de tableaux de grands maîtres ; les dessins, dont un choix important incluant les œuvres réalisées dans les années 40 est présenté ici pour la première fois de façon rigoureuse ; sans oublier les performances scéniques et sonores, dont des enregistrements seront proposés aux visiteurs (projection et lectures de poèmes avec casques audio).

On pourra ainsi appréhender les différents modes de la poétique de Ghérasim Luca – écriture vocale et partitions graphiques, décompositions sémantiques et recompositions iconologiques, mots incarnés et formes aléatoires, défi au sens et refus de l’absurde –, et saisir en un seul lieu cette œuvre qui forme un bloc contre la rhétorique de la poésie officielle, la sclérose de la langue littéraire et la banalisation de l’image à l’ère de la « reproductivité technique » effrénée de l’œuvre d’art. Un corpus habité par un balbutiement souverain, une très haute tension amoureuse, une langue à la fois concise, drôle, légère, précise, sertie de silence : la langue d’un « grand poète parmi les plus grands » (Gilles Deleuze).

Un poète, dessinateur et plasticien d’une singularité absolue

Chez Ghérasim Luca, la main parle, la parole façonne, le geste poétise. Sa poésie est une aventure qui, entre jouissance et révolte, humour et désespoir, engage le devenir du monde, car « une lettre, c’est l’être lui-même ». À l’écart de tout mouvement ou école, contre les langages et les corps instrumentalisés, elle apparaît comme une tentative « théâtrale » de forger un langage inconnu (qu’évoquent les titres du Chant de la carpe ou du Théâtre de bouche), l’invention d’une langue, d’un vivre et, conjointement, la réinvention de l’amour et du monde – car « tout doit être réinventé ». L’influence de Ghérasim Luca, toujours présente, ne cesse de grandir, comme en témoignent les récentes adaptations de son œuvre au théâtre et les nombreux essais qui lui sont consacrés. 



Citer ce billet
Laure Michel (2020, 8 janvier). [Evénement] Ghérasim Luca. Poemata. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/swra

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search