[Evénement] Les poètes au cadastre : Michaël Batalla, Jacques Demarcq, Perrine Le Querrec, Michèle Métail

Les poètes au cadastre : Michaël Batalla, Jacques Demarcq, Perrine Le Querrec, Michèle Métail

Projections, lectures et débats

Mardi 3 décembre 2019 – 15h

Cité de l’Architecture et du patrimoine
Auditorium
7 avenue Albert de Mun
Paris 16e
Métro Iéna ou Trocadéro

Inscription conseillée, entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.


« Toute secousse imposée par un auteur aux normes typographiques d’un ouvrage, affirmait Roland Barthes, constitue un ébranlement essentiel ». Difficile de ne pas y penser devant les panneaux indépendants, mobiles, de La Construction (2018) de Perrine Le Querrec. On construit un livre comme on construit une maison ? Ou s’agit-il au contraire de déconstruire les lieux trop fermés ? Le poète invente des espaces d’écriture, de lecture, physiques et matériels. Le livre, en sa forme, moins immuable qu’on le croit souvent, promeut un territoire. Et le poète se confronte encore aux espaces à vivre, s’essaie à les saisir.

La part géographique de la poésie, pour des écrivains aussi différents que Kenneth White ou Pierre Vinclair, ne cesse aujourd’hui de se développer, et nombreux sont ceux qui continuent d’établir ces « fragments d’un cadastre » que Michel Deguy avait naguère mis à l’horizon de la quête poétique. Sans transe obligatoire. Bateaux, autobus, bicyclettes y vont aussi bien. On suit « la ligne 29 des autobus parisiens », avec Jacques Roubaud. On traverse Phnom Penh à vélo, avec Jacques Demarcq (Phnom Poèmes, 2017). On s’en remet aux miroirs routiers, avec Michèle Metail (Pierres de rêve avec paysage opposé, 2019)… On se hâte moins d’habiter en poète, selon l’expression désormais galvaudée, que d’établir des dispositifs.

Dispositifs de parcours, de saisie… dispositifs d’écriture, au fur et à mesure que la page se remodèle, jusqu’aux équations typographiques de Michaël Batalla (Noir de l’Egée, 2019). Le tout, pour que se déploie un double espace, auquel l’architecte pourrait se confronter, dont il pourrait s’inspirer…

Programme

15h. De la psychiatrie à la construction ouverte. Entretien avec Perrine Le Querrec

            autour du Plancher (L’Éveilleur, 2018) et de La Construction, (art&fiction, 2018)           Évocation de Jean Oury et projections. Lecture et dépliement de La Construction.

 

15h40. Dédales, cadastres, panoramas : saisir la ville en poésie. Dialogue entre Michèle Métail et Jacques Demarcq

            – autour de Toponyme : Berlin (M.M., Tarabuste, 2002), Berlin : trois vues et rues (M.M., Tarabuste, 2019), Pierres de rêve avec paysage opposé (M.M., Lanskine, 2019) et Phnom Poèmes (J.D., NOUS, 2017)

            Lecture augmentée. Projection de films-poèmes autour de Phnom Pen.

 

17h. Poésie et espace possible : du côté des migrants. Entretien avec Michaël Batalla

            – autour de Autour / Around (VMCF, 2010), Poésie possible (NOUS, 2015), Noir de l’Egée (NOUS, 2019)

            Lecture.

Modération : Emmanuel Rubio

https://www.citedelarchitecture.fr/fr/evenement/les-poetes-au-cadastre


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search