[Ressources] L’e dans le vers classique

  1. Méditations de poètes sur l’e du vers classique

La poésie versifiée française est une pratique de haute culture, littéraire (par distinction par exemples de la chanson). Elle ne se conforme pas à certains usages de la conversation, elle les bouleverse même un peu parfois : sa lecture, silencieuse ou orale, obéit à des règles qui ne sont pas celles de l’oral que nous pourrions qualifier d’ordinaire. Dans la poésie classique, un « lion » est toujours dissyllabique alors que dans la conversation il est monosyllabique. Et des termes comme « sanglier », « bouclier » ou « meurtrier » sont dissyllabiques jusqu’au milieu du 17e siècle dans les vers, etc. Mais, pour ce qui concerne précisément l’e : nous pouvons par exemple dire : j’te vois sam’di alors que dans un vers classique on écrirait (et lirait) : Je te vois samedi. Précisons : prononcer [samœdi], hormis peut-être dans certaines régions, passerait pour une maladresse ou une hypercorrection malvenue. Autrement dit, pour un apprenant non francophone, le statut de cet est une difficulté. 

Le statut variable (numéraire, non numéraire) de l’e dans les vers classiques français est à la fois une source de difficultés pour qui découvre et apprend le fonctionnement de cette poésie, et un sujet de méditations chez certains poètes ou poètes critiques, que nous aborderons pour commencer. Nous appréhenderons ensuite les différents statuts de l’e et son fonctionnement dans les vers classiques, y compris en diachronie.

Parmi les poètes ayant produit des écrits sur l’e et sur la fonction qu’ils lui trouvaient dans la versification française, trois figures célèbres de la poésie contemporaine. Il s’agit

  • d’Yves Bonnefoy, dans son essai de 1959, L’Improbable (éd. utilisée : L’Improbable et autres essais, Paris, Gallimard, « Idées », 1980),
  • de Jacques Réda auteur de Celle qui vient à pas légers (Paris, Fata Morgana, 1999), ouvrage dont trois chapitres traitent de la versification française et de l’: « Le grand muet 1 » (p. 61-65), « Le grand muet 2 » (p. 67-76), « le grand muet 3 » (p. 77-88)
  • de Jacques Roubaud, dans son essai sur l’alexandrin : La Vieillesse d’AlexandreEssai sur quelques états récents du vers français (Maspero, 1978 ; éd. utilisée : 1988) ainsi que dans un article intitulé « Préparation d’un portrait formel de Georges Perec » (L’Arc, n. 76, 1979).

Pour bien faire les choses, il faudrait accompagner cette fiche de lectures de leurs poésies.

Yves Bonnefoy

Deux passages abondamment cités et commentés. 

Il déplore, au sujet de Paul Valéry, la « langue sans muet » de la poésie, « cette faille entre les concepts, cette intuition de la substance, cette chance extraordinaire du français ». Et ce qui est ici dit du « Cimetière marin » vaut aussi pour sa propre écriture qui s’empare de l’e comme d’un potentiel phonique à manipuler. A ce titre, il vaut la peine d’écouter des enregistrements de lecture de ses poèmes par Bonnefoy et d’y observer la mise en œuvre de ses théories. Par exemple :

https://m.ina.fr/audio/P12054358/yves-bonnefoy-la-ou-retombe-la-fleche-extrait-audio.html
  • observer la variété de son traitement des ?

Et dans « L’acte et le lieu de la poésie », il écrit :

Je voudrais que la poésie soit d’abord une incessante bataille, un théâtre où l’être et l’essence, la forme et le non-formel se combattront durement. […] De même sera nié le bonheur facile des rythmes. La beauté formelle est le songe au bord d’un monde idéal. Elle s’est exprimée par les mètres pairs, mais c’est là, dans cette abstraction et dans cet oubli, que Rimbaud a porté la blessure inguérissable du nombre impair. Il a permis une lutte et, au-delà, une entente, dont l’e muet est la cheville secrète. (p. 127)

Cette deuxième réflexion (l’affirmation sur Rimbaud et sur l’impair mériterait sans doute d’être discutée) s’articule aussi à la pratique poétique de Bonnefoy, qui joue avec la lettre e et se joue simultanément de son lecteur en laissant planer le doute sur sa prononciation ou pas. Il peut ainsi être « silence et parole » (Jérôme Thélot, Poétique de Bonnefoy, Droz, 1983, p. 51 ; voir aussi Benoît de Cornulier, « Métrique de l’alexandrin d’Yves Bonnefoy : essai d’analyse méthodique », Langue française, 1981, n. 49, p. 30-48). Précisément, il s’approprie l’e – d’où ce qu’il en dit dans son texte sur Valéry, « chance », opportunité, liberté de poète. Attention : ce qu’il dit sur le traitement de l’e et la manière dont il lit ses vers ne sont que des points de vue personnels et leur réalisation sonore, cela ne saurait se substituer à un travail méticuleux de son écriture. 

Jacques Réda

Jacques Réda parle quant à lui de la lettre comme du « grand absent », d’ « une pure merveille » (p. 69). Il explique que lorsqu’il écrit ses vers favoris de quatorze « pieds » (comprendre « syllabes »), il tient chaque e muet pour numéraire : « Ma coutume est de compter chacun de ces E muets pour une syllabe entière. » (p. 68), mais il admet ne pas savoir à quel traitement sont livrés ses vers (p. 83). Mais, dans ses autres textes, en vers libres ou en prose, il dit laisser le choix au lecteur de prononcer ou non ces (p. 71). Dans ses vers, l’obligation de les prononcer aurait la vertu de leur donner une empreinte particulière qui est celle de la musique : il introduit un rythme autre que celui de la langue telle qu’elle est parlée. Précisément, il permettrait de substituer un « arbitraire typographique » à un « arbitraire musical » (p. 69). En effet, pour la plupart de ces e, la prononciation n’est pas universellement réglée et peut dépendre d’un accent, social ou régional, d’un effet de soulignement ou d’insistance, d’un rythme du débit, d’un niveau d’expression formelle, etc. Réda y voit « une valeur rythmique variable ou irrationnelle de la langue » (p. 68)

… le vrai vers de poème oblige à prononcer ce que le parlé bouffe ou parfois exagère, c’est-à-dire l’E muet. Inexistant ou faible ou facultatif et nomade dans le parlé, cet E muet me semble être en définitive le ressort du rythme poétique, rabattant toute prétention individualiste du mot à sa propre accentuation, au profit de cet autre intégral qu’est le vers. (p. 63)

Pour l’amateur de jazz qu’est Réda, « l’E muet fait le swing de la poésie français » (p. 65) – l’est une sorte de lettre qui permet l’ajustement de l’énoncé au rythme requis. Il développe cette théorie dans son troisième essai sur le « grand absent » : dans le système métrique classique, l’e muet serait une « quantité [sic] obligatoire » (p. 83), c’est-à-dire qu’il ne serait ni instable ni soumis à une durée dépendant par exemple de la région d’origine du locuteur lecteur. Il n’aurait pas de valeur prosodique et serait « tremplin » ou « amortisseur » (p. 83) pour les voyelles qui le suivent ou le précèdent – les effets ordinaires des accents régionaux par exemples étant atténués, voire neutralisés par le cadre métrique. En effet, pour Réda, ce qui appellerait sans doute une discussion et des nuances, nous serions capables de percevoir ces effets produits sur les voyelles et syllabes jouxtant les e muets sonores dans les vers (cf. p. 70).

Noter que certaines lectures (comme avec Bonnefoy ?) qu’il a faites ne semblent pas tout à fait conformes à cette « coutume » et à cette théorisation :

Jacques Roubaud

Roubaud écrit davantage en historien de la poésie et du vers, en technicien, aussi. Dans La Vieillesse d’Alexandre il affirme ainsi que le muet serait « cet élément infime et essentiel, sur lequel reposait tout l’échafaudage, toute la tension de la poésie » (p. 200) avant le troisième tiers du XIXe siècle. En effet, les deux images qu’il mobilise rendent compte de la dimension artificielle de la langue des vers et de l’effort ou de l’attention qu’elle peut nécessiter.

D’où, aussi :

par une singularité de la langue dont le lien, de nature, avec la rythmique fut pressenti autrefois par le rhétoriqueur anonyme qui le baptisa « e femenin », le muet, marqué sexuellement, supportait pratiquement seul le poids de la contradiction mètre / rythme. (ibid., p. 200)

Au sujet du livre La Disparition (1969), roman lipogrammatique, Roubaud écrit aussi : 

… l’absolument aboli, est le « e muet ». Il disparaît ainsi, sous la contrainte lipogrammatique, le son précisément qui marque différentiellement l’emploi de la langue dans le vers par rapport à la langue dans la prose, […] et il est surtout marqué d’impossibilité, la « fausse » voyelle du « muet », celle de la rime que l’on dit « féminine », « demi-voyelle » seulement selon les comptes des « arts de seconde rhétorique ». (« Préparation d’un portrait formel de Georges Perec », L’Arc, n. 76 (« Georges Perec »), 1979, p. 57)

Ce très succinct passage en revue de quelques citations de poètes sur l’e font apparaître du jeu entre leurs théories et leurs lectures, ce qui rappelle que seul un travail précis sur les vers permettrait de déterminer des tendances, des incertitudes, une poétique. Mais, avant de devenir une sorte de fétiche que chacun manipule à sa guise dans des poèmes contemporains, cette lettre est un foyer de difficulté. Ces auteurs invitent à en considérer l’importance dans les vers classiques et les difficultés qu’elle pose. L’assiduité avec laquelle ces poètes, et d’autres, méditent sur cette lettre indique le sentiment d’anomalie qu’elle peut générer chez tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la poésie classique française.

II. Remarques sur l’e dans le vers classique

Il faut dire que pour qui lit ou étudie la poésie classique française, l’est une lettre potentiellement problématique ou source de difficulté pour qui n’est pas bien accoutumé à cette écriture (quel est son statut métrique ? y a-t-il une élision ou non ?) en 12 des 13 positions possibles de l’alexandrin par exemple : 1.2.3.4.5.6.7.8.9.10.11.12.13A priori : on ne commence pas un vers par un mot monosyllabique et ne contenant que la lettre e. Ne se pose donc aucune question d’élision pour la première position. Mais, ensuite, de la position 2 à la position 11, une élision est possible. Dans la poésie classique, au contraire des pratiques d’auteurs comme Bonnefoy ou Réda qui peuvent déstabiliser à dessein le lecteur, on le verra, tout est réglé, le lecteur n’est pas supposé faire des choix, il sait comment lire et prononcer les e.

Par ailleurs, il y a deux zones particulièrement sensibles pour l’e dans l’alexandrin : celle de la césure (entre la 6e et la 7e voyelle numéraire) et celle de la fin de vers. Les questions posées n’y sont pas les mêmes. 

  • dans le premier cas, selon les époques, un e était ou non numéraire. 
  • dans le second cas, nous devons préciser le genre attribué au vers (féminin ou masculin) mais aussi déterminer le statut phonologique de l’e (un en 13e position, surnuméraire, a-t-il été prononcé à certaines époques ? etc.).

Recensons une dernière petite difficulté : le statut de l’dans le vers est une question de fin de mots, mais sans exclure les cas où cet est suivi d’une ou plusieurs consonnes (sonnent ou livres par exemple). Et l’on verra aussi qu’il peut faire un peu difficulté, pour les poètes et les lecteurs, lorsqu’il est suivi de voyelles (sonnaientépée). 

Les questionnements sur l’dans le vers classique sont à la fois d’ordre technique et d’ordre historique.

  1. Un lexique incertain : masculin, féminin, muet, caduc, instable  

On parle de féminin dès la Renaissance, sans doute en relation avec l’e final de mots féminins : le professeur, la professeure… Cette manière de le désigner a pris une dimension misogyne chez les théoriciens de la poésie aux XVIe et XVIIe siècles : ils opposaient d’une manière qui se voulait plaisante les sons masculins, viriles, aux sonorités féminines, pucelles, etc. Mais il était bien question de la disparition et de la faiblesse de ce qui est caractérisé comme féminin. Toutefois, l’on cerne une distinction entre masculin (é et è/ê) et féminin (e affaibli ou, aussi muet – ce qui est sans doute historiquement discutable pour ce qui concerne en particulier le e de fin de vers). 

L’expression caduc est largement répandue : ce terme peut renvoyer à la faiblesse, mais a une origine en linguistique : il s’agit de désigner les phonèmes qui sont sujets à l’amuïssement. On parle aussi d’un muet. Il est instable, au sens où sa valeur métrique dépend de son contexte d’apparition (dans un mot, en fin de mot, en fin de vers, etc.). Il se distingue de toutes les autres voyelles qui sont quant à elles stables. 

Un terme plus rare pour désigner l’e en question est chva (ou schwa), suite de lettres qui restituent un mot hébreux qui signifie « néant »…  

  • Dans le vers (hors césure)

L’caduc de la parole orale est stable dans les vers. Si l’on peut par exemple dire : j’veux cett’ pomm’ vert’ qu’est dans l’ bol on écrira et prononcerait dans un vers : je veux cette pomme verte qui est dans le bol.

Et seul, à ces hauteurs, sans crainte et sans vertige, 
Mon esprit, de la terre oubliant le prestige, 
Voit le jour étoilé, le ciel qui n’est plus bleu, 
Et contemple de près ces splendeurs sidérales (V. Hugo, « Dicté en présence du glacier du Rhône »)

On peut distinguer des masculins (numéraires alors même que certains d’entre eux pourraient ne pas être prononcés en conversation) ; les féminins, qui déterminent les rimes féminines ; de e qui conservent leur caducité et son élidés devant des mots dits « jonctifs » (commençant par une voyelle ou par un sans statut phonologique). 

Mentionnons deux difficultés supplémentaires : 

a) les suites de voyelles du type : voyelle masculine + e (final de mot) + mot jonctif. Par exemple : 

Crete de Teucre est la terre natale,

Ainsi Dicée en le tentant luy dit,

Quand Francion luy contre-respondit (Ronsard, La Franciade)

Dans le deuxième vers ci-dessus, l’e est élidé devant un mot jonctif (« en »), ce qui produit un hiatus (généralement évité, mais toléré, voire considéré comme absent).

                        b) Certaines configurations (imparfait et conditionnel à la 3e personne du pluriel, en -aient ; certaines formes verbales : « plierais » ; certaines formes adverbiales : « vraiement » (aux 16e-17e s.), etc. contiennent des qui n’étaient vraisemblablement pas prononcés par les élites qui composaient des vers ou en lisaient, mais qui aurait dû être numéraires, au risque d’un fort sentiment d’artifice… Pour ne pas se priver de nombreux mots et formes verbales, les imprimeurs et les poètes ont parfois recouru à des ruses, comme des accents circonflexes à la place des attendus : « gaîment », etc. Mais quand une forme verbale du type de « partaient » ou « demandaient » se trouvait dans un vers, l’n’était pas numéraire.

Voir J.-M. Gouvard, La Versification, PUF, 1999 : pour l’e, p. 31 et suiv. ; et pour l’hiatus, p. suiv. 41.    

  • A la césure

Dans le vers suivant : « Mon esprit, de la terre oubliant le prestige, » le en septième position est élidé (suivi d’un mot jonctif). Il n’est pas numéraire et se trouve après la sixième voyelle masculine de l’hémistiche. 

Dans la poésie classique, cet e ne peut pas se trouver en position conclusive d’hémistiche (et donc de vers) soit, pour un alexandrin, en 6e ou 12e positions. En effet, cela obligerait à donner un statut tonique à une instable. 

Il reste qu’il existe des 

  • césures lyriques : un en 6e position  et numéraire. Son nom le nom vient de ce qu’on en a observé l’apparition dans des vers lyriques, mais elle se rencontre dans tout type de poésie (elle disparaît peu à peu au cours du XVIe s.) :

                                   . En l’escume d’une mulle poussive (Villon, « En realgar, en arsenic rocher… »)

  • césures épiques : un en 7e position dans un alexandrin et en 5e position dans un vers de 10 syllabes, non élidé et non numéraire :

. A seignor et a mestre qui toz maus fet venir ? (Rutebeuf, Le Miracle de Théophile)

Il semble qu’on ait toléré les césures épiques aussi longtemps que l’on a eu une approche du vers complexe comme de deux hémistiches autonomes. 

  • A la rime

Depuis le milieu du XVIe siècle, l’alternance en genre des rimes s’est mise en place. 

Exemples :

  1. Adieu, douce pensée, 
    Image du plaisir ! 
    Mon âme est trop blessée, 
    Tu ne peux la guérir. 
    L’espérance légère 
    De mon bonheur 
    Fut douce et passagère, 
    Comme ta fleur. (Marceline Desbordes-Valmore, « La fleur renvoyée »)
  • Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
    Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
    Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
    Vivre entre ses parents le reste de son âge ! (Du Bellay, Regrets, 31)

Les rimes féminines sont colorées en rouge, les masculines en vert. On désigne par rime l’homophonie (et parfois l’homographie, en particulier au XVIIe siècle) de la dernière voyelle masculine du vers et de tout ce qui est à sa droite. Dans les rimes féminines, la dernière voyelle masculine est notamment suivie d’un e muet, caduc ou instable, que nous ne prononçons pas. 

Dans les vers de Desbordes-Valmore, le schéma est le suivant : ababcdcd, l’alternance est immédiatement perceptible. Avec le second exemple : abba, on saisit que l’alternance n’est pas de vers à vers comme cela semble être le cas dans le premier exemple, mais de paire rimique à paire rimique. 

Cette fiche a été rédigée par Guillaume Peureux. Vous pouvez la télécharger et en faire usage en vous référant à son auteur.

http://poemata.hypotheses.org/files/2019/10/2-Le-dans-le-vers-classique.pdf


Vous aimerez aussi...