Pieds, syllabes, et système isosyllabique français

Ce document est une mise en forme d’un cours de master de lettres modernes dispensé à l’université de Paris Nanterre. Mis à disposition des visiteurs du site POEMATA, il reste la propriété de son auteur, Guillaume Peureux [gpeureux [at] hotmail.com]

Le texte peut être téléchargé: http://poemata.hypotheses.org/files/2019/09/2-Pied-et-syllabe.pdf

La revue dirigée par Benoît de Cornulier, Les Cahiers du Centre d’études métriques, a un logo facétieux :  

« La métrique c’est le pied », peut-on lire dans l’empreinte d’un pied. Il s’agit de suggérer que le vers classique français était intéressant ou agréable à étudier… et de rappeler qu’il n’y est guère question de pieds (hormis dans quelques tentatives, voir infra), mais bien de syllabes. 

L’on distingue principalement deux types de systèmes métriques. L’un est quantitatif ou accentuel : les vers sont des alternances spécifiées de syllabes longues et brèves, ou bien accentués et non accentués, que l’on désigne comme des « pieds » (une, deux, trois ou quatre syllabes en latin et en grec, deux en arabe par exemple – le pied en arabe classique a toujours un noyau disyllabique, mais comporte le plus souvent au moins une, ou deux, autres syllabes) ; l’autre est syllabique : l’équivalence entre les vers se fait en nombre de syllabes perçues.

Remarques sur les vers quantitatifs / accentuels (ou « mesurés » aux xvieet xviies.)

[si vous n’avez pas de curiosité particulière pour des systèmes métriques autres que le système syllabique classique français, vous pouvez vous épargner la lecture de cette section]

Parmi les systèmes métriques quantitatifs (ou accentuels), l’on peut mentionner ceux des poésies grecque et latine antiques, ou anglaise. Malgré leurs proximités structurelles, elles ont chacune des particularités. 

Quelques mots sur les métriques grecque et latine.

Elles s’appuient sur la langue courante, c’est-à-dire que la longueur des syllabes est avant tout définie par la langue. Le décompte métrique quant à lui se fait en tenant compte de tout le vers, dans son enchaînement (donc en incluant les éventuelles élisions) et non pas mot par mot. 

Commençons par le latin, plus familier sans doute. La longueur peut dépendre de la position de la voyelle : à quelques exceptions près, placée devant deux consonnes (différentes ou deux fois la même), et devant le x, une voyelle est longue. Mais son cas (le génitif en l’occurrence, en fin de mot, donc) peut également déterminer sa longueur. En revanche, lorsque deux voyelles se font suite, comme dans un hiatus, qu’elles soient ou non séparées par un h, la première est brève. Mais la diphtongue est longue, tout comme l’aet l’de l’ablatif. Il arrive donc que la quantité différencie de certains mots : rosa(abref, nominatif) vsrosa(along, ablatif).

En grec, eet osont brèves. Certaines syllabes sont longues par nature comme, par exemple, celles qui comportent un hou un w, ou une diphtongue. En revanche, suivies d’une double consonne ou bien d’un x, d’un you d’un z, les voyelles sont brèves, etc. 

Ces poésies antiques ne sont pas rimées ; du moins, on ne se préoccupe alors pas de la rime, même s’il faut admettre qu’il en apparaît parfois. Au moyen âge, les rimes latins sont plus fréquentes.

  • Les principaux pieds (— long ; U bref) :
  • l’anapeste : U U —
  • le dactyle : — U U
  • l’iambe : U — 
  • le molosse : — — — 
  • le procéleusmatique : U U U U
  • le spondée : — —
  • le tribraque : U U U 
  • le trochée : — U

Quelques vers (| séparation entre les pieds ; || césure) :

  • L’hendécasyllabe : ses pieds 2-3-4 sont stables (dactyle puis deux iambes). Le pied 1 est un iambe, un spondée ou un trochée. Le pied 5 est un iambe ou un trochée. Soit : 

U — |                                    U —

— — | — U U | U — | U — | 

— U |                                     — U 

  • l’hexamètre dactylique : il est constitué de six pieds dont la base est le dactyle. Mais, dans les pieds 1-2-3-4 (très rarement dans le 5) et 6, les poètes avaient le loisir de lui substituer d’autres pieds, principalement des spondées, voire des trochées pour le 6. Voici le schéma purement dactylique (on ne marque pas les césures) :

— U U | — U U | — U U | — U U | — U U | — U U

Voici d’autres schémas possibles : 

— — | — — | — — | — — | — U U | — — 

— U U | — — | — — | — — | — U U | — —

etc.

  • le pentamètre (n’est employé que dans des distiques, associé à un hexamètre (voir ci-dessous) – on parle alors de distique élégiaque, distique sémantiquement indépendant). Son schéma fondamental est le suivant :

— U U | — U U | —  || — U U | — U U | U

Les syllabes finales des deux hémistiches n’appartiennent pas à un pied. La première est toujours longue ; la seconde est indifféremment longue ou brève. Aux pieds 1-2, les dactyles peuvent être remplacés par des spondées. La finale longue du premier hémistiche et les pieds 3-4 sont donc invariants.

  • le trimètre ïambique : vers largement employé dans le théâtre grec. Composé de six pieds dont le dernier est un ïambe. Les pieds 1 à 5 sont des ïambes ou des tribraques. Mais les pieds 1, 3 et 5 peuvent aussi être des spondées ou des dactyles et le pied 1 peut être un anapeste.  

Les vers latins sont césurés. Le pentamètre contient une césure, placée après une syllabe longue. L’hexamètre compte trois césures. Elles sont toutes situées dans un pied, après les 3e, 5eet 7edemi-pieds. Elles ne coïncident donc pas avec les coupures de mots.

Ce parcours rapide permet de mettre en évidence que des vers de différentes longueurs, des hexamètres par exemples, se suivent et fonctionnent métriquement ensemble. Le nombre des syllabes qui les composent est secondaire au regard de la disposition des marquages accentuels. Le fonctionnement rythmique de ces poésies est donc différent du système métrique classique français. 

Il existe bien des vers quantitatifs (dits mesurés) en français 

Entre le 16esiècle et le 18esiècle au moins, un certain nombre de poètes se sont essayés à la poésie mesurée en français. Etienne Jodelle, Nicolas Denisot, Etienne Pasquier ou Rémy Belleau sont passés à l’acte, à partir des années 1550, et d’autres, plus tard, comme Odet de La Noue, Nicolas Rapin ou Scévole de Sainte Marthe. L’échec de ces expériences est parfois expliqué par la laideur des vers produits. Le jugement de valeur ainsi invoqué répond en fait à une gêne : les vers mesurés reposent sur des accentuations qui semblent contraintes quand la versification classique syllabique repose précisément sur un effort de coïncidence entre les expressions et les structures métriques : la dernière voyelle masculine d’un hémistiche dans un vers complexe (au-delà de huit syllabes) ou d’un vers simple (jusqu’à huit syllabes) est accentuable (en gras), comme elle pourrait l’être en conversation :

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage

Mignonne, allons voir si la rose

Le système métrique syllabique se fonde sur les propriétés prosodiques de la langue. L’échec des vers mesurés en français tient sans doute au fait que l’oreille des lecteurs n’était pas accoutumée à l’usage qui y était fait de la langue ; en dehors peut-être des adaptations musicales elle n’était pas en mesure de saisir le rythme ou la musicalité propres à ces expériences poétiques dont l’intelligibilité était de factoun peu perturbée ; ceux qui lisaient à voix haute ou récitaient cette poésie rencontraient sans doute des difficultés ; et enfin, cette pratique de très haute culture se coupait du public le plus large. Il ne faut donc pas sous-estimer la possibilité que des poètes aux 16eet 17esiècles, et au-delà, aient eu des velléités de rythmer leurs vers en fonction de systèmes de marquages prosodiques – qui sont parfois documentés. 

Dans sa Gramere(1572), Pierre de La Ramée (dit aussi Ramus) rappelle l’existence, selon lui, de syllabes longues et brèves : « il ny a poinct de doubte que chacune syllabe ne nous soit longue ou brieve, et que nous ne la proferions sans y penser ». On imagine immédiatement les difficultés que peut poser une réflexion sur la mise en place d’une poésie fondée sur l’alternance de syllabes longues et brèves : peut-on calquer les vers antiques ? Et si l’on fait cela, les quantités françaises sont-elles nécessairement respectées ? Les longues et brèves conservent-elles leur place ? Si c’est le cas, faut-il inventer de nouveaux pieds et de nouveaux mètres et donc s’éloigner du projet humaniste qui consiste au contraire à rétablir des modèles antiques ? Si ce n’est pas le cas, peut-on envisager une altération de l’alternance actualisée dans la conversation et, alors, un système rigoureusement artificiel ? De manière tout à fait logique, comme les théoriciens du vers syllabique semblent vouloir fixer un certain état de la langue par le biais de la poésie, certains poètes, comme Baïf, envisagent la composition de vers mesurés afin de fixer la langue (ses longues et ses brèves) sur laquelle les locuteurs devraient s’aligner. Dans cette perspective, les vers mesurés, considérés par certains comme plus conformes à l’usage conversationnel que ne le seraient les vers syllabiques, étaient probablement aussi considérés comme potentiellement sujets à moins d’erreur de la part des lecteurs de poésie que ne pouvait l’être la poésie syllabique. C’est en tout cas ce que suggèrent les lignes suivantes de Ramus :

que les poetes Francois saddonnassent a faire leurs vers non seullement par rithme et mesure de sons semblables, mais par certains quantites de syllabes longues et breves, a la façon des poetes Grecs et latins, alors ils apporteroient a la langue Francoyse cest ornement tant necessaire. Car en les oyant, en les lisant, en les observant, comme docteurs et autheurs de ceste louange, ce qui se faict naturellement, se reduiroit en art, et par consequence la recherche de laccent seroit aisee.  A ceste cause fauldroit supplier aux muses Francoyses dentreprendre ce labeur, non pas pour abolir la rithme, qui est fort plaisante et delectable, mais affin que leur patrie fust esgallee a la Græce et a lItalie touchant la prosodie en quantite et accent. (Gramere, 1572)

Par ailleurs, la poésie en vers mesurés avait l’avantage d’être facilement mise en musique. Dans les années 1560, Baïf a travaillé avec des musiciens pour essayer de voir comment discours poétique et musique pourraient fonctionner ensemble. Dès 1570, il crée une académie de poésie et de musique (qui avait pour finalité, d’après ses statuts, de renouveler « l’ancienne façon de composer Vers mesurez pour y accommoder le chant pareillement mesuré selon l’Art Metrique » (Euvres mises en rimes, 1573) : chaque syllabe devait porter une note dont la durée était calquée sur celle de la syllabe. Cette académie connut sa première marque d’influence en 1575 à travers la parution d’une chanson dont la composition musicale, sans être à la manière antique, et quoiqu’encore accompagnée de vers traditionnels, relevait d’une mise en forme inédite dans la répartition des longues et des brèves : Claude Le Jeune reprit la chanson « Rossignol mon mignon » en fonction de l’influence nouvelle des vers mesurés sur la musique (voir :  Isabelle His, « Claude Le Jeune et le rythme prosodique. La mutation des années 1570 », Revue de musicologie, 1993, n° 79-2, p. 201-226).

Cette alternative métrique au syllabisme dominant n’est pas moins pertinente ni moins légitime. Elle est seulement plus complexe et très minoritaire. La Taille assume et revendique cette dimension de création d’une poésie en vers mesurés en français : 

quant à ceux qui m’allegueront que nostre parler vulgaire n’est pas propre ny capable à recevoir des nombres et des piedz, je leur respondray […] que c’est sottie de croire que telles choses procedent de la nature des langues plustost que de la diligence et du labeur de ceux qui s’y veullent employer, en quelque langue que ce soit.

Cette dimension artificielle de la poésie mesurée en France explique la diversité des expériences qui ont été menées et des principes que chacune s’était donnée. Le principal artisan représentatif de cette poésie fut Baïf. Il n’a guère théorisé sa pratique, et son œuvre imprimée n’est probablement pas à la hauteur de ses espérances pour des raisons techniques notamment : les casses des imprimeurs ne pouvaient pas restituer l’ensemble des signes, diacritiques notamment, qu’il plaçait dans ses manuscrits. Ses Euvrescontiennent quelques informations et sont composées dans une écriture qui recherche au maximum la proximité avec la manière dont il parlait sans doute lui-même : dans les Etrénes de Poézie fransoèze an vers mezurés(1574), il affirme en effet que son écriture suit « la prononse du Fransoes ». La fixation d’une orthographe était au service de la fixation des règles d’établissement des longueurs et lui permettait d’encoder et de baliser le discours, en quelque sorte, puisque la graphie était supposée indiquer la nature des voyelles, Baïf instaurant dans son système métrique une relation entre les voyelles marquées et les longues (lourdes), entre les non marquées et les courtes (légères). Il combinait ce découpage avec d’autres règles que l’on peut dégager de la lecture de ses textes. Certaines étaient issues de la poésie latine comme, par exemple, le fait qu’une voyelle suivie de deux consonnes était longue, par position. D’autres l’étaient de son seul fait : certaines lettres ou sons étaient donc longs par nature, comme èeu,o ; la suppression du e entraîne l’allongement des voyelles contiguës, qu’il marque d’un accent circonflexe ; les nasales qui précédaient une nasale préconsonnante étaient longues ; les autres étaient brèves ; il demandait aussi que la première position du deuxième pied des vers fût toujours brève ; et, enfin, une voyelle précédant une pause et suivie d’une liquide n’était pas déterminée, et à la fin d’un vers, conformément à cette confusion entre vers accentuels et vers mesurés, une voyelle qu’on attend brève est longue, etc.

La Taille quant à lui proposa une description minutieuse du système qu’il défendait. Il empruntait de très nombreux éléments au traité de versification latine du grammairien hollandais Jean Despautère, Ars versificatoria…(1516). Voici une présentation du corpus des principes que ce traité édicte : 

1- Règle de position : une voyelle suivie de deux consonnes estlongue : « Alexandre » ; mais si la voyelle suivante est masculine,la voyelle suivie de deux consonnes est brève : « rEgret ».

2- Lorsque deux voyelles (sauf dans certains noms propres enraison de leur étymologie) se suivent, la première est brève : « tu er ».

3- Les diphtongues sont longues : « miel ».

4- La syllabe féminine est brève : « fairE ; chEval ; rEcE voir ».

5- La syllabe précédant une féminine : est longue dans les motsdissyllabiques : « vice » ; longue dans les trisyllabiques, si lapremière voyelle est longue : « fertilE ». Mais en cas d’élision du e  final, la syllabe précédente est alors brève, en raison de la règle 2 :« ferti l(e) étang »

6- Il faut distinguer les h vocaliques (homme, habit, horreur,hymne, etc.) des h  consonantiques (haine).

7-Les voyelles composant les préfixes (« prepositions ») sontbrèves, sauf si la loi 1 s’applique : « parfaire ». Le préfixe « de- » est long ou bref, « selon la prononciation » : on distingue donc« deposer » et « dElaisser » (p.15). Quant aux préfixes d’origine étrangère (en fait latine et grecque), ils conservent la longueur qu’ils avaient dans leur langue d’origine. Par ailleurs, dans un mot composé de deux autres mots, chacun d’eux conserve ses quantités : « aigrEdous ».

8-Les voyelles des mots dérivés du latin conservent leurs quantités. Ainsi : « fAçon » car dérivé de « facio ».

9-L’accent peut aider à connaître la quantité de certaines voyelles : un accent circonflexe sur l’avant avant-dernière voyelle d’un polysyllabe : « têtu » indique que la voyelle est longue. Un « accent eslevé » (p.18) à la même place implique la brièveté de la voyelle : « ínciter ».

10-Les voyelles finales, quoique « leur quantité depende de l’authorité et discretion des Escrivains » (ibid.), La Taille propose d’en décrire le fonctionnement : la voyelle masculine terminant tout mot est longue : « ayma ; vaincu », sauf dans les adverbes en i dont la finale est longue ou brève selon le souhait (le besoin ?) du poète. Les monosyllabes sont brefs. Dans le cas de séquences du type : voyelle + b, c, f, q, l, r, t, p, g, et d en fin de mot, la voyelle est brève. Dans le cas de séquences voyelle + m : la voyelle est longue : « renom » ; lorsqu’un n conclut le mot (« parisien »), La Taille hésite et se montre favorable pour un allongement de la voyelle. La séquence finale de mot voyelle + s ou z est longue : « repos », sauf dans les noms propres non traduits tels que « PallAs », dans les verbes conjugués à la seconde personne du singulier : « choisis », et dans les pronoms et articles : « mEs ; lEs ». Par ailleurs, la dernière syllabe d’un vers est indifféremment longue ou brève ; il ne doit pas s’agir d’une féminine, sans quoi il faudrait commencer le vers suivant par un mot jonctif afin de pouvoir en effectuer l’élision (à la condition que l’e ne soit pas suivi d’un sou d’une marque du pluriel verbal en –nt).

A ces précisions, La Taille ajoute des éléments complémentaires relatifs aux pieds dans lesquels on pourrait composer en français des vers mesurés. Ils sont classés en fonction du nombre de syllabes qui les composent, dans une vaste typologie élargie1qui dépasse de beaucoup les vers les plus familiers, spondées, dactyles, iambes, anapestes et trochées, qui seraient les formes privilégiées en français, sans exclure toutefois des tribraques, procéleumatiques et autres crétiques :

 – Le vers héroïque : quatre pieds (dactyles ou spondées), un dactyle, un spondée ; il faut une césure (c’est-à-dire, en l’occurrence, faire en sorte que le troisième pied ne soit pas à cheval sur

deux mots, sans qu’il s’agisse d’une frontière syntaxique forte) avant le troisième pied : « Dessus tous animaux Dieu forma l’homme malheureux » ; ce qui donne : 

de ssu s tou s A ni  mau x dieu  fo rma l’ho mmE  mA l heu reu x.

– Le vers élégiaque : contient quatre pieds et deux césures, l’une au début du vers, l’autre à la fin : «Il nous faut abolir toute superstition»  soit :

« Il nous (spondée) faut abo (dactyle) lir (césure) toute su (dactyle) perstiti (dactyle) on (césure). »

– Le vers sapphique : cinq pieds dont le premier et les deux derniers sont des trochées, le second un spondée (parfois un trochée) et le troisième un dactyle commençant par une césure :

O le(–u) seul au(– –) theur de ce(–uu) monde(–u) parfait(–u).

– Le vers phaleuce : un spondée ou un iambe ou un trochée pour commencer, puis un dactyle, puis trois trochées : 

O dé(– –) loyal a(–uu) mour Ty(–u) rand de(–u) mon cueur(–u) .

– Le vers asclépiade : un spondée, trois dactyles avec une césure après le premier d’entre eux :

« Charl’en (spondee) France fe (dactile) ra (cesure) naistre le (dactile) siecle d’or (dactile).fl »

 –Le vers iambique est sénaire, scazonte ou semi iambique, selon des arrangements complexes qui tiennent aux places données aux iambes et aux spondées qui les composent.

La Taille vise une scansion où semblent prédominer une musicalité spécifique et certains aspects de la chanson, plutôt que la production d’un sens aisément compris, puisque les mots y sont dotés d’une accentuation inhabituelle. Tout se passe comme s’il voulait donner au lecteur la possibilité d’identifier des pieds qui pourraient tous correspondre à un mot, chaque mot étant potentiellement un pied (ce qui justifie théoriquement le passage de la conversation aux vers mesurés en évitant l’objection selon laquelle les vers contiendraient des pieds composés artificiellement par modification des quantités de l’usage conversationnel : chaque mot est mesuré de manière rationalisable et non sujette à variation, seules les règles d’élision pouvant modifier la distribution des quantités en son sein). Toute l’ambiguïté et la difficulté de l’établissement d’une telle poésie en français frappent dans le traité de La Taille. Si ce type de métrique est une possibilité théorique, il semble qu’il nécessite une forte adaptation de la part du lecteur aux nouveaux pieds qui la constituent, mais aussi que l’on peut s’interroger sur la nature exacte de sa proposition. Le nombre de syllabes étant au cœur de la métrique décrite par La Taille, l’abandon du système syllabique ne paraît pas établi : en multipliant les longueurs possibles de vers, il semble envisager un mode de scansion spécifique (lié précisément à la chanson) justifié a posteriori. Les combinaisons de pieds qu’il propose se retrouvent inévitablement dans tout énoncé, de telle sorte que ce ne sont plus la langue et ses propres distinctions de longueur qui déterminent la lecture, mais bien un code de scansion – un code non partagé a priori, et très complexe pour être aisément retenu.

Au siècle suivant, dans sa Vie de Malherbe par exemple, Racan qui était poète lui-même, rapporte que certains poètes, dont François Maynard, interrogeaient Malherbe sur la longueur de certains mots. Si ce texte est trop souvent utilisé imprudemment comme une archive documentant la vie du réformateur de la poésie française dans les premières décennies du 17esiècle, l’on peut toutefois noter qu’il divulguerait sur ce point précis une information a priorisans grande valeur et de ce fait peu sujette à caution. Tout semble se passer comme si, pour au moins certains locuteurs de l’époque (l’ignorance des uns et le savoir de l’autre suggère qu’il ne s’agit pas d’une pratique universellement partagée), des poètes, distinguaient des syllabes longues et des syllabes brèves. Est-ce à dire que les vers syllabiques étaient également composés de, rythmés par des quantités que nous ne serions pas capables de percevoir aujourd’hui ? Il n’existe pas de document permettant de soutenir une telle hypothèse. Mais l’on doit simplement prendre en considération que la longueur des voyelles était sans doute variable et que la perception de ces effets de rythme entrait dans le champ général de la prosodie, du rythme d’un vers ou d’un poème, au même titre que le rythme produit par la structure métrique. 

Plus tard, il y eut d’autres tentatives. Jacques Delille tenta de combiner syllabisme et métrique accentuelle dans ses Georgiques(1769). Et Anne Robert Jacques Turgot se lança dans une traduction partielle de l’Enéide parue en 1778 sous le titre :Didon, poëme en vers métriques hexamètres…Une histoire de cette métrique en français reste à écrire.

Isosyllabisme du système métrique classique français

Joachim Du Bellay, dans la Deffence et illustration de la langue françoyse(1549), observe que nous n’avons pas en français ce qu’est « la quantité aux Grecs, et Latins ». Et Jacques Peletier du Mans (Discours non plus melancoliques que divers, de choses mesmement, qui appartiennent a notre France…, 1556), ajoute que 

les Gregeois et Latins ont mesuré leurs vers et mettres, par la quantité des syllabes, c’est-à-dire par certain espace de temps, qui se mettoit a prononcer les vers : là ou nous autres de France compassons nos vers et rimes par certain nombre de syllabes, sans regarder si les syllabes sont longues ou courtes.

Pourtant, il existe des traces écrites, des témoignages qui suggèrent qu’il existait des distinctions de longueurs ou quantités des voyelles et des syllabes en France aux 16eet 17esiècles en particulier. Il n’est pas impossible que certains auteurs aient voulu retrouver la musique des poésies grecque et latine antiques tout en se fondant sur cette prosodie du français et se soient lancés dans la composition de vers mesurés (mesurés à l’antique, disait-on alors).

Il faut bien saisir que les vers classiques français sont isosyllabiques, c’est-à-dire équivalents en nombre de syllabes. Cela n’implique nullement que ces syllabes aient toutes la même longueur, la même qualité, le même poids, etc. Elles sont variables pour des raisons de langue, d’une accentuation propre au français et par ailleurs au locuteur qui lit les vers. La variabilité qui peut les caractériser est aussi en effet une affaire de scansion et dépend des termes sur lesquels un lecteur souhaite mettre l’emphase, mais aussi de son accent (régional, social, etc.). Elle n’entrave pas la perception du nombre récurrent des syllabes. Marc Dominicy et Mihai Nasta n’hésitent pas à parler de la « grande maniabilité intuitive » de la syllabe qui fait de sa longueur, hauteur, force, etc., un facteur secondaire par rapport à celui de la perception de son unité (« Métrique accentuelle et métrique quantitative », Langue française, 1993, n° 99, p. 77 – disponible sur Persee.fr). 

Evidemment, le lecteur ou l’auditeur ne comptent pas les syllabes. Ils en ont une perception globale qui leur permet de sentir si le nombre de syllabes d’un vers est équivalent à celui des autres vers ou non. Nous percevons une périodicité. C’est ce qu’illustrent les lignes suivantes, lorsque le narrateur d’A la recherche du temps perdu (Le Côté de Guermantes), assistant à une représentation théâtrale, évoque plaisamment le malaise qu’il ressent et qui est lié à la perception de vers (il y emploie « pied » pour « syllabe », sans doute pour l’effet comique de la toute dernière phrase) :

je gagnai ma place, tout en cherchant à retrouver un vers de Phèdredont je ne me souvenais pas exactement. Tel que je me le récitais, il n’avait pas le nombre de pieds voulus, mais comme je n’essayai pas de les compter, entre son déséquilibre et un vers classique il me semblait qu’il n’existait aucune commune mesure. Je n’aurais pas été étonné qu’il eût fallu ôter plus de six syllabes à cette phrase monstrueuse pour en faire un vers de douze pieds. Mais tout à coup je me le rappelai, les irréductibles aspérités d’un monde inhumain s’anéantirent magiquement ; les syllabes du vers remplirent aussitôt la mesure d’un alexandrin, ce qu’il avait de trop se dégagea avec autant d’aisance et de souplesse qu’une bulle d’air qui vient crever à la surface de l’eau. Et en effet cette énormité avec laquelle j’avais lutté n’était qu’un seul pied.

Symptomatique du fonctionnement métrique syllabique, la gêne du narrateur révèle l’habitude d’un auditeur lettré chez qui l’altération de la périodicité provoque un malaise qui ne relève pas d’un décompte mais bien de la perception pénible d’un déséquilibre. 

Il faut toutefois s’arrêter sur deux phénomènes poétiques qui pourraient sembler mettre en question le modèle de la périodicité : il s’agit, d’une part, de l’alternance en genre des vers qui implique que certains vers soient plus longs (les féminins) que d’autres (les masculins) ; et d’autre part, les strophes polymétriques (et non pas « hétérométriques »). Ajoutons un troisième phénomène : l’absence d’équivalences formelles contextuelles dans les poèmes (en vers dits « libres » au 17esiècle) du type desFablesde La Fontaine. 

Les vers masculins et féminins (qui se terminent par un eféminin) ne contiennent pas le même nombre de syllabes, ce qui pourrait sembler être une objection au principe du syllabisme et de la périodicité contextuelle. L’alexandrin masculin en contient douze, le féminin treize, le vers masculin de sept syllabes a pour pendant un vers féminin qui en compte huit, etc. Si l’on perçoit comme équivalents des vers de n et n+1 syllabes, c’est que leur dernière voyelle masculine a une valeur ou une fonction conclusive, qu’elle « peut, explique B. de Cornulier, déclencher la perception de la forme (globale) n-syllabique » (Art poëtiqueNotions et problèmes de métrique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995, p. 34).Il ne viendrait à l’esprit de personne de dire que les vers suivants sont de longueurs différentes et qu’ils réalisent une séquence polymétrique au prétexte qu’on dénombrerait huit voyelles dans les premier et troisième vers, et neuf dans les deux autres :

Ce penitent qui carressoit                  8

Celle don le bel oeil me blesse           8+1

Au lieu de se donner le foüet             8

Il le donnoit à ma maistresse1            8+1

L’isosyllabisme n’est pas contredit par l’alternance des vers masculins et féminins. 

Pour ce qui concerne les strophes polymétriques et les vers « libres » comme ceux de La Fontaine par exemple, les conclusions ne seront pas les mêmes. Voici des strophes polymétriques :

Percé jusques au fond du coeur
D’une atteinte imprévue aussi bien que mortelle, 

Misérable vengeur d’une juste querelle,

Et malheureux objet d’une injuste rigueur,

Je demeure immobile, et mon âme abattue 

Cède au coup qui me tue.
Si près de voir mon feu récompensé, 

Ô Dieu ! L’étrange peine !

En cet affront mon père est l’offensé, 

Et l’offenseur le père de Chimène. 

Que je sens de rudes combats !
Contre mon propre honneur mon amour s’intéresse, 

Il faut venger un père, et perdre une maîtresse,

L’un échauffe mon coeur, l’autre retient mon bras, 

Réduit au triste choix ou de trahir ma flamme,

Ou de vivre en infâme,

Des deux côtés mon mal est infini. 

Ô Dieu ! L’étrange peine !

Faut-il laisser un affront impuni ?

Faut-il punir le père de Chimène ? 

Dans ces deux strophes qui ouvrent le monologue de Rodrigue dans Le Cid, Corneille recourt à plusieurs mètres dont le retour n’est pas périodique au sein des strophes : 8-12-12-12-12-6-10-6-10-10. Ces mètres, auxquels sont familiers le lecteur et le spectateur, sont identifiables comme formes poétiques et l’on peut penser que cela participe aux processus d’identification des vers. Mais, surtout, d’une strophe à l’autre, le même patron est répété de sorte que cette périodicité s’installe sans doute également à ce niveau de la conception du passage. 

Soit le poème suivant de La fontaine : 

« Le loup et l’agneau »

La raison du plus fort est toujours la meilleure :

Nous l’allons montrer tout à l’heure.

Un Agneau se désaltérait

Dans le courant d’une onde pure.

Un Loup survient à jeun, qui cherchait aventure,

Et que la faim en ces lieux attirait.

Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?

Dit cet animal plein de rage :

Tu seras châtié de ta témérité.

Sire, répond l’Agneau, que Votre Majesté

Ne se mette pas en colère ;

Mais plutôt qu’elle considère

Que je me vas désaltérant

Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d’Elle ;
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
Comment l’aurais-je fait si (4) je n’étais pas né ?
Reprit l’Agneau ; je tette encor ma mère
Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
Je n’en ai point. C’est donc quelqu’un des tiens:
Car vous ne m’épargnez guère,
Vous, vos Bergers et vos Chiens.
On me l’a dit : il faut que je me venge. »
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l’emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Cette suite polymétrique, contrairement à celle de Corneille, n’est nullement périodique. En revanche, les formes métriques choisies étaient vraisemblablement identifiables pour un lecteur ou un auditeur du 17esiècle. Peut-être aussi que lecteurs et auditeurs pouvaient identifier aussi des strophes familières en s’appuyant sur les rimes : le distique des deux premiers vers, le quatrain des quatre vers suivants, etc. Mais cette poésie en vers « libres » n’est pas périodique – au siècle que l’histoire littéraire désigne comme le siècle « classique ». Elle est dérivée de la métrique classique, mais échappe aux principes qui régulent cette dernière. Il faut sans doute penser que les lecteurs et auditeurs à qui s’adressait La Fontaine (puis d’autres poètes au siècle suivant) avaient des compétences métriques supérieures aux nôtres qui leur permettaient de saisir des régularités, une dérivation sensible, qui nous échappent aujourd’hui… 

Pour aller plus loin (outre les références indiquées au fil de la fiche) :

Bornecque, Henri, Précis de prosodie & métrique grecque et latine…, Paris, E. de Boccard, 1933.

Koster, Willem John Wolff, Traité de métrique grecque suivid’un Précis de métrique latine[1936], Leyde, A. W. Sythoff, 1962.

Langue françaiseMétrique française et métrique accentuelle, dir. D. Billy, B. de Cornulier et J.-M. Gouvard, n° 99, 1993. 

Nougaret, Louis, Traité de métrique latine, Klincksieck, « Nouvelle collection à l’usage des classes », 1948.

Peureux, Guillaume, La Fabrique du vers, Paris, Seuil, « Poétique », 2009.

Quicherat, Louis Marie, Petit Traité de versification latine à l’usage des classes supérieures, Paris, Brédif, 1826.


Vous aimerez aussi...