Approche du vers classique

Partons d’un texte peu commun, le « Sonnet en prose[1] » de Pierre Laudun d’Aigaliers (1575-1629), poète, dramaturge et auteur d’un Art poétique françois (1597) mais aussi de demi-sonnets…

 

Je voudrois bien volontiers chanter ta grand’gloire,

Et dire aussi tout ce, dequoy tu puis vanter :
Mais puis que je n’ay jamais sceu si hault chanter,

Je contempleray constant ce que je dois croire.

 

Tu seras gravé dans le temple de memoire,
Car, docte, tu as merité de frequenter,
Les Princes les plus excellents qu’on peut compter :

Qui sont, ou bien qui seront en ce territoire.

 

C’est pourquoy, mon docte Allemandi, je sçay bien

Que jamais tu ne manqueras d’heur et de bien
Ains vivras avec les hommes en toute joye,

 

Je prie donc le grand Dieu qui de rien a tout faict

Te rendre chascun desir pieux, tres-parfaict
Pour te donner par un jour à sa saincte voye.

 

Ce texte est un sonnet – il est composé de deux quatrains et d’un sizain rimique (lui-même composé de deux tercets rimant en -oye). Si l’on applique les règles classiques de décompte des voyelles ou des syllabes dans des vers syllabiques, l’on peut dire que ce sonnet est composé de 14 fois 12 syllabes. L’on peut affiner la description en notant que les lignes (puisque c’est de la prose…) 1, 4, 5, 8, 11 et 14 sont féminines, et comptent une treizième voyelle.

Laudun a donc fait beaucoup d’efforts pour que cette suite de 14 lignes ressemble fortement à ce qui peut définir un sonnet. Une question demeure : en quoi est-il « en prose » ? La réponse tient dans la distinction entre vers et prose. Les 14 lignes ne seraient pas des vers ou, plus précisément, ne seraient pas perceptibles en tant que vers. L’équivalence des segments de 12 syllabes ne permet pas d’identifier des vers. Précisons.

Et commençons par un rappel : ce qui distingue les vers simples des vers complexes, c’est que les premiers sont composés de deux unités métriques, des hémistiches. Au-delà de séquences de huit émissions sonores, la répétition des séquences n’est pas perceptible comme répétition de séquences équivalentes. Autrement dit, l’oreille perçoit la périodicité de segments sonores inférieurs ou égaux à huit mais guère au-delà. Il s’agit de ce que Benoît de Cornulier a nommé « la loi des huit syllabes[2] » : « en français, la reconnaissance instinctive et sûre du nombre syllabique exact [d’un vers] est limitée, selon les gens, à huit syllabes, ou à moins », une limite au-delà de laquelle la perceptibilité n’est plus possible. Ce que l’on pourrait désigner comme notre capacité rythmique, pour ainsi dire, considération d’ordre physiologique, conditionne donc la production poétique – sans que l’on sache par quelles démarches ou expérimentations (s’il y en eut) les poètes sont parvenus à percevoir cette limite du cerveau, la bipartition entre vers simples et vers composés relève de son existence.

Pour des vers de plus de huit syllabes masculines, la périodicité n’est donc pas perceptible au niveau du nombre total de ces syllabes, mais au niveau de la segmentation de ce nombre global commun en deux « sous-vers », si l’on peut dire, égaux ou inférieurs à huit syllabes (6-6, 5-7, 7-5, 8-4 pour le vers de douze syllabes ; 4-6, 6-4 et 5-5 pour le vers de dix syllabes. Quelques-unes des conséquences pratiques de cette loi sont donc, par exemple, dans des suites de vers équivalents :

– qu’un vers de douze syllabes numéraires peut a priori être composé ainsi : 6-6, 7-5, 5-7, 4-8, 8-4 ; mais on exclut : 1-11, 2-10, 3-9, 9-3, 10-2, 11-1 et 12 ;

– qu’un vers de dix syllabes numéraires peut a priori être composé ainsi : 6-4, 4-6, 5-5, 3-7, 7-3, 8-2, 2-8 ; mais on exclut : 1-9, 9-1 et 10 ;

– qu’un vers de neuf syllabes numéraires peut a priori être composé ainsi : 4-5, 5-4, 3-6, 6-3, 2-7, 7-2 ; mais on exclut 1-8, 8-1 et 9 ;

– qu’il n’est pas pertinent a priori de prétendre qu’un vers de huit syllabes numéraires ou moins est composé de deux unités.

Deux remarques :

  1. toutes les combinaisons possibles mentionnées ci-dessus ne se rencontrent pas dans le corpus de la poésie française. Or on peut penser que la rareté de certains vers s’explique peut-être par le fait qu’un écart d’une syllabe entre deux vers dans un poème polymétrique risque de brouiller la perception du lecteur et de l’auditeur – B. de Cornulier parle d’une « contrainte de discrimination ». Pour les vers de neuf ou onze syllabes par exemple, vu la tendance à privilégier des hémistiches assez proches en longueur, leur composition les rendrait difficilement perceptibles : des configurations comme 4+5 ou 5+4, et 5+6 ou 6+5 ne permettraient pas une discrimination aisée des hémistiches et entraveraient ou rendraient difficile la perception des vers. De même, les poètes français ont donc eu tendance à éviter certaines combinaisons de mesures comme 7-8, 7-6 et toute autre configuration polymétrique qui combinait des vers de moins de deux syllabes de différence.
  2. Et, par ailleurs, certains poètes ont composé des vers qui semblaient contredire cette loi : on peut trouver des vers de huit syllabes ou moins composés de deux hémistiches, notamment au Moyen Age.

Relevant non de la métrique mais des capacités physiologiques ou neuropsychologiques humaines, la « loi des huit syllabes » trouve dans la métrique un lieu d’application. Elle semble pouvoir offrir une explication rationnelle aux tendances massives de la construction des vers dans la poésie française. Elle n’explique pas pour autant la réduction, assez mystérieuse en somme, du répertoire des vers classiques à quelques-unes seulement des combinaisons possibles : 6-6 avant l’apparition sporadique puis parfois plus nombreuse au cours du xixe siècle des 8-4, puis des 4-8, des 5-5, puis des 6-4, 4-6 (mais non pas des 3-7, etc., par exemple).

La « loi des huit syllabes », enfin, n’est pas une incitation à imaginer que des vers longs (de plus de huit syllabes) auraient existé préalablement aux vers complexes, et qu’ils auraient ensuite été découpés : la perception des vers se fait de manière globale et la nécessité de les rendre périodiques implique la complexité métrique. La zone d’ombre dans cette histoire est l’absence de théorisation de cette dimension de la perception poétique avant la fin du xxe siècle et, plus encore, l’absence d’explication quant à la manière dont s’est fixée cette loi dans les vers (puisque rien n’indique qu’aient existé des vers syllabiques qui ne lui soient pas conformes), et quant à la manière dont a été perçue cette limite.

 

Revenons au sonnet en prose. Il n’est pas indifférent que ce texte ait été composé par un auteur réputé en son temps, compétent et auteur d’un traité sur le vers. Il semble manifeste qu’il ait considéré que des alexandrins dont les césures étaient brouillées et la composition non périodique n’étaient pas des vers. Cela tend à monter que c’est bien l’identité (isosyllabisme) périodique des mètres qui détermine la poésie lyrique classique en France.

 

 

Guillaume Peureux

Université de Paris Nanterre

Gpeureux[at]hotmail.com

 

Bibliographie

Cette présentation s’inspire d’analyses développées dans : G. Peureux, La Fabrique du vers, Paris, Seuil, « Poétique », 2009.

Pistes de lecture :

  1. de Cornulier, Art poëtique. Notions et problèmes de métrique, Lyon, PUL, « IUFM », 1995.

 

[1] St. Allemandi, La Venue de la Paix, Paris, Fr. Huby, 1598, p. 47. Ce sonnet m’a été initialement signalé par J.-Ch. Monferran.

[2] Art poëtique. Notions et problèmes de métrique, Lyon, PUL, « IUFM », 1995, p.146 et suiv.

***

Le texte ci-dessus est téléchargeable ici : Approche du vers classique bis 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search