[Appel] La poésie contemporaine, les médias et la culture de masse

Colloque international, Université Eötvös Lorànd, Budapest, 19-21 septembre 2019.

Si la poésie au tournarnt du XIXe au XXe siècle a commencé à être perçue comme un art d’apparence difficile, de nombreux poètes contemporains (pour ne citer que Kevin Killian ou Anne Waldman dans le domaine nord-américain) continuent à s’inspirer de la culture de masse et ses médias, pour la détourner ou pour la tisser dans la matière de leurs textes, non sans rapport avec l’assouplissement des règles prosodiques traditionnelles.

L’emploi des technologies nouvelles au cours de la création et de la performance poétiques peut permettre de renouer avec des lecteurs qui ne sont plus uniquement des lecteurs, mais des utilisateurs actifs du monde des écrans. Des productions telles que le vidéo-poème, les appropriations des pratiques du web ou encore le développement de la poésie sur les nouveaux médias (blogs, réseaux sociaux) sont quelques exemples parmi d’autres de la tendance actuelle de la poésie à investir les médias de la culture contemporaine.  Parallèlement, les performances poétiques se sont développées comme un corollaire de l’émergence de nouveaux médias comme la bande magnétique dans les années 1950, les systèmes d’amplification de la voix, et, plus récemment, les supports multimédias. Il semble ainsi que les performances poétiques, les lectures de poésie, les films poétiques touchent un public large, qui aspire à « voir » et écouter la poésie, parfois comme alternative au livre.

Le but de ce colloque est d’examiner le dynamisme du rapport de la poésie avec les médias audiovisuels et sociaux dans la société occidentale. On souhaite interroger certains phénomènes caractéristiques de la composition, de la performance et de la consommation de la poésie contemporaine, de l’axe de l’interférence entre parole poétique, sa sonorité et l’image (fixe ou mouvante). On tentera ainsi de répondre aux questions suivantes :

Comment agissent les poètes dans leur rapport à la culture populaire ou la culture de masse ? Comment leur poétique se nourrit-elle de la culture de masse ? Permet-elle d’atteindre un public plus large ? Quelles sont les conditions d’appropriation et de remise en circulation de la culture populaire et de la culture de masse au sein des poétiques contemporaines ?

Comment les performances publiques (poésie sonore, « slam », post-poésie…), productions éphémères d’un monde que rend possible l’enregistrement immédiat et le stockage des « données », changent-elles la poésie ?

En quoi les compositions poétiques enregistrées et créées par des techniques cinématographiques/vidéographiques/numériques et diffusées sur internet modifient la poésie dans sa pratique et dans sa conception ?

Peut-on parler d’une démocratisation ou d’une nouvelle popularisation de la poésie en se référant à son usage ouvert à tout le monde sur les réseaux sociaux ?

Nous attendons des propositions au sujet des formes d’expression poétiques qui exploitent les médias audiovisuels et numériques et l’impact réel de cette ouverture vers un public plus large ou bien vers une complexité intermédiale, difficile à atteindre par la forme du livre imprimé.

    Date limite des propositions : le 2 mai 2019.

Les éventuelles questions et les proposition d’au maximum 300 mots accompagnées d’une courte bio-bibliographie (d’au maximum 5 lignes) sont à envoyer aux organisateurs en français ou en anglais à l’adresse e-mail suivante : poemedias2019@gmail.com.

Comité d’organisation :

Levente Seláf (ELTE Budapest), Zsófia Szatmári (ELTE Budapest ; Université Paris 8)


Vous aimerez aussi...