[Journée d’étude] Le “Cycle des exils” (1982-2024), Patrick Beurard-Valdoye

Centre International de Poésie de Marseille (Cipm), samedi 18 mai 2024 de 11h à 16h30

En avril 2024, Lamenta des murs, huitième et dernier volume du « Cycle des exils », paraît dans la collection poésie/Flammarion. Totalisant dès lors près de 3 000 pages, l’œuvre est achevée. Le moment est donc particulièrement bienvenu pour questionner en profondeur cette aventure artistique sans équivalent et pour tenter d’en mesurer la portée sur le présent des écritures.
Au-delà du seul domaine de la création poétique, en mettant l’accent sur les enjeux culturels qui structurent le « Cycle des exils », la journée d’étude, comme l’exposition qu’elle inaugure, est aussi le lieu d’une réflexion sur l’histoire européenne et ses zones d’ombre, sur quoi le poète Patrick Beurard-Valdoye fait peser la force de sa démarche.

Programme

Matin

• 11h00 — Accueil du public

• 11h10 — Michaël Batalla : De l’importance de cette journée d’étude et de l’exposition qu’elle inaugure.

11h15 — Gaëlle Théval (Université de Rouen / Université Lyon 3, Laboratoire MARGE) : Le « Cycle des exils », une performance d’écriture ? Ou lire le Cycle par la Schlitte.

« La Schlitte du narré », présentée dans le cadre de l’exposition du Cipm, est une installation réalisée par Patrick Beurard-Valdoye à partir de matériaux récupérés porteurs de sens dans le travail d’élaboration et d’écriture du « Cycle des exils ». Le geste plastique, consistant à produire des « récitclages » à partir des documents accumulés pendant la préparation du livre venait jusqu’ici clôturer chaque tome du Cycle. Considérée comme son « Point final », l’installation procède quant à elle de l’assemblage d’objets selon un agencement fortement significatif. Ultime volume, elle-même décrite dans le dernier volume du CycleLamenta des murs (poésie/Flammarion, 2024), elle prend place aux côté d’autres non-monuments qui font retour, sous diverses formes (ekphrasis, récits, allusions ou reconstitutions) tout au long de l’œuvre : « Merzbau » de Kurt Schwitters, premier happening au Black Moutain College, « Musée d’art moderne – département des aigles » de Marcel Broodthaers, mythologie individuelle de Beuys, autant d’œuvres qui fonctionnent aussi, à biens des égards, comme des modèles d’écriture dans l’élaboration des dispositifs complexes du « Cycle des exils ». De volume en volumes, la syllepse est à prendre au sérieux, et les circulations incessantes entre les médiums qui caractérisent l’œuvre, nous le disent tout autant, au point que le volume, pour livre clos qu’il paraisse, ne se ferme jamais réellement. D’enquêtes en récitals, de livres en collages, c’est peut-être aussi comme performance d’écriture que le Cycle dans son ensemble peut être appréhendé. Entrer dans l’œuvre mouvante et foisonnante de Patrick Beurard-Valdoye demande alors de multiplier les approches. Il nous a semblé que « La Schlitte du narré » pourrait en constituer une, et c’est alors comme dispositif de lecture que nous tenterons son activation.

• 11h45 — Marko Pajević (en visio-conférence) (Université d’Uppsala (Suède) et de Tartu (Estonie)- : Cheminer avec le « Cycle des exils » : Accompagner, traduire, écouter.

Cette intervention présentera d’abord la dimension européenne du « Cycle des exils », cela de mon point de vue, c’est-à-dire en tant qu’ami et traducteur de Patrick Beurard-Valdoye. Au fil des années en effet, j’ai accompagné bon nombre de « stations » de son œuvre, dans plusieurs pays d’Europe, et je passerai rapidement en revue ce chemin commun. Ayant également traduit plusieurs extraits du Cycle vers l’allemand, je montrerai quelques difficultés de traduction liées aux particularités de cette écriture. Dans un deuxième temps, en tant que poéticien, j’évoquerai les liens entre sonorité et poème ainsi que leur mise en relief dans l’écriture de Patrick.

• 12h15-12h45 — Discussions.

Après-midi.

• 14h30 — Reprise.

• 14h35 — Hannes Schüpbach (Cinéaste, écrivain) : Patrick Beurard-Valdoye : Respirations d’un cycle.

Hannes Schüpbach évoque les ponctuations et les respirations qui structurent et propulsent le « Cycle des exils ». Celui-ci met en œuvre des rapprochements transnationaux, et développe une écriture à la respiration multiple, au travers des langues et des personnalités. En tant que témoin sur les lieux, Patrick Beurard-Valdoye s’investit à trianguler les voix qui comptent pour lui dans leurs éléments lexicaux et singuliers. La gestuelle de ses livres et lectures-performances vise à créer un espace dans le présent, qui s’ouvre aux autres et aux formes d’arts plurielles.

• 15h05 — Nella Arambasin (CRIT, Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles, Université Bourgogne Franche-Comté) : Écrire au passé reprisé.

De cimetières en plages, de cliniques en couvents, les pas poétiques s’engagent à contre-courant des foules esthétiques pour aborder des lieux mis à la marge des vivants et des morts, des lieux pourtant réels et particulièrement sensibles, mais sans art apparent, réservés, qui contestent ou inversent les manières de vivre sociales. Les hétérotopies ainsi évoquées ont vu s’écouler le sang ou l’angoisse, ont contenu les cris et les silences, contre lesquels vient buter la mémoire, qu’aucune chronologie ne saurait restituer. Alors il faut chercher la forme de ces traces anonymes, éveiller des strates enfouies, faire émerger les points de rencontre, tisser « l’univers contrasté des croisements », pour que soient reprisées les histoires laissées à charge. Car la reprise mémorielle relève d’une justice poétique, celle qui le temps d’un retour sur les déroutes du temps, finit par retrouver le fil des voix irréparables, et réinvente leurs parcours comme autant de pratiques spatiales dans l’écriture.

• 15h35-16h05 — Discussions. Clôture.

… puis

à 16h45 — Vernissage de l’exposition

PATRICK BEURARD-VALDOYE

LE « CYCLE DES EXILS » (1982-2024)

et à 17h00 — Performance de P. B.-V.



Citer ce billet
Gaëlle Théval (2024, 7 mai). [Journée d’étude] Le “Cycle des exils” (1982-2024), Patrick Beurard-Valdoye. Poemata. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ncg

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search