[Soutenance de thèse] Le Printemps d’Agrippa d’Aubigné. Le poète à l’oeuvre

Soutenance de la thèse de Julie Chabroux-Richin : “Le Printemps d’Agrippa d’Aubigné. Le poète à l’œuvre”

Thèse réalisée sous la direction de Véronique Ferrer (Université Paris Nanterre, CSLF, Renaissance).

Université Paris Nanterre (Salle B015 – Bâtiment B – Pierre Grappin)

Lundi 29 avril 2024, 14h

Jury : 

Benedikte Andersson, Maîtresse de conférences, Université de Lille

Julien Goeury, Professeur des universités, Sorbonne Université

Véronique Ferrer, Professeure des universités, Université Paris Nanterre

Guillaume Peureux, Professeur des universités, Université Paris Nanterre

Jean Vignes, Professeur des universités, Université Paris Cité

Résumé : 

Le moment est venu de s’intéresser de près au versant amoureux de la poésie de celui qu’on connaît aujourd’hui surtout pour ses Tragiques, mais qui fut (on l’ignore souvent) l’un des poètes favoris de Marguerite de Valois. 

La destinée d’un recueil qui n’a pas été stabilisé par une version imprimée « définitive » et la durée de sa composition (plus d’un demi-siècle) font du Printemps un ouvrage aux caractéristiques inédites. Là, peut-être plus encore que dans le grand poème religieux offert par le larron Prométhée, en même temps que le recueil prend forme(s), un poète est en train de se faire. Cette thèse entend justement aborder Le Printemps sous l’angle du travail du poète. Qu’est-ce que ce jardin manuscrit nous révèle de la conception albinéenne de l’art poétique ? Le poète amoureux n’est-il qu’un artisan du vers ? un rôle qu’endosserait l’auteur ? Quelles facettes d’Aubigné-poète ce travail inachevé dévoile-t-il ?  

La première partie prend pour point de départ les paradoxes que soulève l’histoire génétique d’un recueil mi-vif mi-mort, qu’Agrippa d’Aubigné veut présenter comme juvénile et primesautier alors que sa composition embrasse plusieurs années de pratique courtisane reconnue et qu’il continue de le corriger dans les dernières années de sa vie. Dans ses feuillets, apparaît un poète régisseur qui, en chef d’orchestre, déplace, organise, et forme des ensembles qui empêchent de penser l’ordre du manuscrit comme une image finale de ce qu’aurait été le livre printanier. 

Une deuxième partie entend pénétrer plus avant la fabrique poétique en faisant le choix d’interroger une classification pensée, l’espace d’un instant – ou d’un brouillon – par Agrippa d’Aubigné. Les particularités métriques, rythmiques et (le cas échéant) strophiques des sonnets, stances, odes et pièces diverses sont alors examinées afin de chercher à mieux comprendre l’effort de clarification formelle opéré par le poète. Enfin, parce qu’à chaque étape de cette recherche des figures du poète se sont manifestées, parfois convergeant vers une image policée de poète de cour, mais aussi souvent revendiquées comme marginales et divergentes, s’est imposée la question de la singularité de la voix albinéenne.

La troisième partie envisage alors d’éprouver l’idée qu’au moment précis où la poésie et la musique n’ont jamais été tant liées, porté par la pratique lyrique, un lyrisme subjectif est en train d’éclore, en particulier dans la manière dont le poète forge ses propres dispositifs : rimiques, rythmiques, énonciatifs et éthiques. Il y a, au cœur des figurations des sujets lyriques du Printemps, non seulement une part de construction de soi en poète, soigneusement composée par Aubigné, mais aussi l’avènement de figures d’auteur, dont la mobilité n’a d’égale que la fougue que l’on lui connaît.

Mots-clés : Printemps ; Aubigné ; poétique ; lyrisme ; métrique ; versification ; formes ; persona ; figure d’auteur



Citer ce billet
Gautier Amiel (2024, 15 avril). [Soutenance de thèse] Le Printemps d’Agrippa d’Aubigné. Le poète à l’oeuvre. Poemata. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w82i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search