[Soutenance de thèse] L’empreinte du surréalisme en Espagne (1918-1932)

Soutenance de thèse de Andrea Martínez-Chauvin : “L’empreinte du surréalisme en Espagne dans l’œuvre de Juan Larrea, Vicente Aleixandre, José María Hinojosa et Joan Miró (1918-1932)”

Thèse réalisée sous la direction de Laurence Breysse-Chanet (Sorbonne-Université).

Samedi 16 décembre à 13h45.

Sorbonne Université (Salle des actes – 54 rue Saint-Jacques).


Jury :

Mme Laurence Breysse-Chanet– Professeure des Universités, Sorbonne-Université

M. Luis Caparrós Esperante – Profesor titular, Universidade da Coruña

Mme Zoraida Carandell – Professeure des Universités, Université Paris Nanterre

Mme Laurie-Anne Laget – Maîtresse de Conférences, Sorbonne-Université

M. Juan José Lanz Rivera – Profesor titular, Euskal Herriko Unibertsitatea

Mme Dolores Thion Soriano-Mollá – Professeure des Universités, Université Rennes 2

Résumé

Peut-on « faire » du surréalisme sans être surréaliste ? L’objet de cette thèse est de situer, au-delà des débats dont rend compte l’histoire littéraire, le cours de l’écriture pour trois poètes et un peintre-poète contemporains – Larrea, Aleixandre, Hinojosa, Miró –, entre 1918 et 1932. Cette période permet d’envisager la singularité de leurs premières œuvres dans le déroulement de leur création. Si la naissance en 1924 de l’aventure surréaliste, sous l’égide de Breton, ne suscite pas d’engagement de leur part, le désintérêt affiché n’est qu’apparent.

Alors que la traduction du français vers l’espagnol bat son plein dans les revues ultraïstes, Larrea, Miró et Hinojosa se tournent vers la capitale française et font figure de passeurs dès 1925. Par leurs lectures, les quatre créateurs connaissent de première main les productions du surréalisme naissant, construisant leurs œuvres dans un rapport de connivence, par des échos et des caractéristiques formelles partagées. À cela s’ajoute une réception tronquée du mouvement en Espagne : ses modalités permettent de déceler le dialogue qui se noue, entre les premiers textes surréalistes et l’approche qu’en ont ces créateurs, dans des œuvres qui les singularisent dans le paysage littéraire espagnol. Ce rapport au surréalisme, délibéré mais tacitement entretenu, permet de discerner un questionnement sur la pratique de l’automatisme, versant dans le registre cosmique. Ainsi, les frontières s’estompent et laissent place à la conception architectonique d’une œuvre poétique en perpétuelle formation, qui se nourrit de la recherche d’un re-commencement, pour laisser de nouvelles empreintes sur la langue et sur la toile.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas Augais (11 décembre 2023). [Soutenance de thèse] L’empreinte du surréalisme en Espagne (1918-1932). Poemata. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxfh


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search