[Soutenance de thèse] Une Muse diserte. Copia et pertinence dans les Œuvres de Ronsard

Soutenance de thèse d’Emma Fayard : « Une Muse diserte. Copia et pertinence dans les Œuvres de Ronsard »

Thèse préparée sous la direction de Mme Anne-Pascale Pouey-Mounou

Sorbonne Université, STIH (UR 4509)

Samedi 2 décembre 2023 à 14h

Salle des Actes, Sorbonne Université, 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris.

Jury :

Nathalie Dauvois, PR émérite, Université Sorbonne Nouvelle

Virginie Leroux, Directrice d’études, École Pratique des Hautes Études

Stéphane Macé, PR, Université Grenoble Alpes

Anne-Pascale Pouey-Mounou, PR, Sorbonne Université

François Rouget, PR, Queen’s University

Tristan Vigliano, PR, Université Aix-Marseille

Résumé :

À l’étude de l’œuvre de Ronsard, se pose aux lecteurs du XXIesiècle une question simple, et pourtant fondamentale : pourquoi donc écrire autant ? Qu’il s’agisse de multiples variations sur un même thème, comme dans les Amours, ou d’amplifications et ramifications successives, par exemple dans les Hymnes, la parole du Vendômois semble ne jamais tarir, et pourtant chercher sans cesse un état idéal de complétude et d’achèvement. C’est à cette question que veut répondre la présente thèse, dans une perspective stylistique et rhétorique, par une relecture des Œuvres au prisme de la double notion, ravivée par Érasme, de copia verborum et rerum.

Ce travail articule deux versants complémentaires : d’une part, la réflexion rhétorique sur les traditions et les implications de la copia, rhétorique de l’« abondance » mais également principe de sélection dans une vaste matière poétique, et à ce titre indissociable de la notion d’aptum ; d’autre part, l’étude stylistique de la façon dont la copia régit le texte ronsardien. En effet, si l’on sait qu’un texte « copieux » reste un texte cohérent et motivé, où l’apparence de digression ressortit davantage à une oralité improvisatoire qu’à une prolifération anarchique, la diversité des Œuvres exige néanmoins d’interroger la spécificité des ressources mobilisées par Ronsard, auteur « récapitulatif » de son temps, selon les genres poétiques. Surtout, on veut montrer que la copia ronsardienne est profondément tributaire d’un principe de pertinence : pendant nécessaire de l’abondance, la pertinence orchestre le déploiement du poème en un tout cohérent et efficace. Copia et pertinence sont ainsi au fondement du « style de Ronsard ».



Citer ce billet
Gautier Amiel (2023, 6 novembre). [Soutenance de thèse] Une Muse diserte. Copia et pertinence dans les Œuvres de Ronsard. Poemata. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxem

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search