[Thèse en préparation] Les Éditions du Soleil Noir : une esthétique hétérogène ?

Pauline Khalifa, « Les Éditions du Soleil Noir : une esthétique hétérogène ? La rencontre comme principe de production et de réception (1950-1983) »

Thèse préparée sous la direction du Professeur Dominique Carlat, au sein du Laboratoire Passages Arts & Littératures (XX-XXI), Université Lyon 2.

Thèse débutée le 12 octobre 2020.

Nos recherches se situent à la croisée de plusieurs disciplines : l’histoire de la littérature, du livre et de l’édition, le texte-image, l’intermédialité, la philosophie esthétique, ainsi que l’histoire de l’art. Elle fait état d’un vaste chantier de recensement et de classification des productions des Éditions du Soleil Noir, maison d’édition bibliophile qui, entre 1950 et 1983, occupa une place singulière dans le champ éditorial, s’inscrivant pleinement dans des réseaux littéraires et artistiques régis par les affinités électives. Plus particulièrement, ce fut la création de livres-objets, nés de la collaboration et de l’amitié sincère entre artistes et écrivains, qui a retenu l’attention des critiques. Toutefois, la maison d’édition se refusa à restreindre sa seule production à l’adresse des amateurs d’art, et prit en compte la diversité des profils sociologiques de son lectorat par la mise au jour de trois séries : livre-objet de série luxueuse, objet d’art et estampes de série « club », recueils seuls. Dans la droite lignée du Livre total mallarméen, du poème-objet surréaliste, et mu par sa passion pour l’édition qu’il considéra comme opération de transmutation alchimique, l’éditeur François Di Dio anima une communauté d’artistes et d’écrivains fédérés autour du livre-objet, partageant le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale et le désir de surmonter celui-ci par des créations hétérogènes et transgressives. Poètes et poétesses occupèrent une place de choix, des surréalistes en passant par les beatniks, aux côtés d’artistes et de critiques d’art : Joyce Mansour, Ghérasim Luca, Claude Pélieu, Robert Lebel, Jean-Jacques Lebel, Pierre Alechinsky, Piotr Kowalski, Toyen, Jacques Hérold, Jean-Pierre Duprey, Stanislas Rodanski, Berrocal, Veličković, Alain Jouffroy, Bernard Heidsieck, Giovanna et Matta, entre autres. Ils se prêtèrent à des expérimentations textuelles, graphiques, audiovisuelles et plastiques au sein du Soleil Noir, réinventant les processus de création et opérant des brouillages de la nature de l’objet d’art.

La manipulation et l’étude de livres-objets sensuels contribuent à réinterroger la nature et la matérialité du livre, pensés intrinsèquement dans leur subversion formelle, ainsi que la relation induite avec le lecteur. Pour François Di Dio, modeler des objets inclassables fut un moyen d’exprimer sa liberté et son insubordination : livres-objets, revue de « tracts à détruire » avant-gardiste et engagée, fascicules, cahiers trimestriels et éphémères, dévoilèrent ce processus de déstabilisation et de sape salutaires de la bibliophilie traditionnelle ainsi reconnectée à son contexte de production et à ses questionnements esthétiques fondamentaux. Sous l’égide du Soleil Noir, la création vaut acte de contestation à l’égard du consumérisme naissant de la spéculation du marché de l’art, une arme qui autorisa la reconfiguration de la place des artistes et des écrivains, représentatifs d’une communauté seconde, qui surent exploiter interstices, brèches et écarts de la co-création au profit d’une entreprise éditoriale des plus audacieuses.

Mots clés : Soleil Noir, livre-objet, poésie, co-création, bibliophilie, avant-garde, surréalisme, texte-image.



Citer ce billet
Laure Michel (2023, 30 juin). [Thèse en préparation] Les Éditions du Soleil Noir : une esthétique hétérogène ? Poemata. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxci

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search