[Parution] Revue Europe : Jude Stefan – Maurice Chappaz

Revue Europe, “Jude Stefan – Maurice Chappaz”, 101e année, n° 1127, mars 2023

ISBN : 9782351501276

22 euros

En poésie d’abord, mais en prose aussi, Jude Stéfan (1930-2020) est l’auteur d’une œuvre à la fois très singulière et riche d’affinités avec des voix anciennes et toujours vives, de Catulle à François Villon, de Maurice Scève et Louise Labé aux poètes de l’âge baroque. Autant dire que la langue de ce poète, d’une extraordinaire invention, rebrasse dans sa modernité toute une tradition lyrique, Grecs et Latins compris. L’écriture était pour Jude Stéfan le seul recours contre le vertige de notre impermanence. Si le registre thématique de son œuvre se déploie pour une large part autour de l’amour et de la mort, c’est avec des accents neufs, un phrasé unique, des arabesques d’accords et de dissonances. Le « festoyant français » de ce poète explore le côté noir du lyrisme. N’ignorant rien de la mort charnelle, il glorifie l’éros qui lutte contre la mort par caresses et plaisirs. Car l’amour est pour Stéfan une vertu active, un instinct de vie désespéré, une ardeur indissociable des gestes qui l’accomplissent. La galerie d’amantes qui jalonne son œuvre, réelles et nommées, ou cachées sous une image, ou feintes, est impressionnante. Elles sont une source inépuisable d’inventions, irriguant tous ses livres jusqu’au dernier, en un immense blason du corps féminin, avant que l’âge le saisisse et qu’un destin malicieux le fasse mourir à Saint-Désir…

Encouragé à ses débuts par Charles-Ferdinand Ramuz et Gustave Roud, bientôt salué par Paul Éluard, Maurice Chappaz (1916-2009) est l’un des grands auteurs suisses de notre temps. Autant dans sa vie cet écrivain valaisan a déambulé, nomadisé, marché par monts et par vaux ; autant il est resté fidèle à la poésie et aux écritures de soi. Il n’a écrit ni roman, ni nouvelle, préférant le réel à la fiction, avec comme boussole l’attention au monde. Lire Chappaz, c’est aller à la rencontre d’une langue inouïe par la savoureuse étendue de ses registres, du murmure à l’imprécation, des accents carnavalesques à une ampleur lyrique célébrant la vie jusque dans ses désillusions. Comme l’a remarqué Philippe Jaccottet, Chappaz n’en demeure pas moins un poète de la contemplation chez qui « l’émerveillement, la tendresse, l’attente suscitent un ruissellement d’images aussi vif, aussi frais qu’un jeune torrent. » Dans le dernier quart du siècle dernier, Maurice Chappaz, amoureux des montagnes, des ascensions vers les cimes, en vint à incarner la figure d’un lanceur d’alerte en dénonçant avec une rare vigueur pamphlétaire la spéculation sauvage qui défigurait les vallées alpines.

Vers le site de l’éditeur



Citer ce billet
Laure Michel (2023, 24 mars). [Parution] Revue Europe : Jude Stefan – Maurice Chappaz. Poemata. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sx9i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search