[Séminaire] Éditer la poésie. XIXe-XXIe

Séminaire “Éditer la poésie (XIXe-XXIe siècle). Histoire, acteurs, modes de création et de circulation”

animé par Isabelle Diu (Bibliothèque littéraire Jacques Doucet) et Serge Linarès (Université Sorbonne nouvelle, UMR THALIM)

Séance 1, mercredi 18 janvier 2023, 16h-19h

Université Sorbonne Nouvelle

Maison de la Recherche, salle Mezzanine
4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Pour suivre la séance en ligne, écrire à serge.linares@sorbonne-nouvelle.fr

Serge Linarès, « Poésie en revue : le cas de René Rougerie »

Entre 1971 et 1997, cent numéros durant, la revue Poésie présente a maintenu sa ligne sous la conduite de René Rougerie, assisté sur le tard par son fils Olivier : donner à lire cinq poètes méconnus et/ou contemporains par livraison trimestrielle. La pérennité de la démarche éditoriale est fonction d’une expérience du périodique dont il s’agira d’abord de montrer qu’elle est issue de l’esprit de la Résistance et qu’elle s’est enrichie des acquis de publications antérieures (principalement Centres, 1944-1947 ; Réalités secrètes, 1955-1971 ; Saisons souterraines, 1963). Une fois replacée dans son contexte historique, la revue sera appréciée dans son écosystème éditorial : son existence se veut une réponse à la situation de l’édition poétique (recourant surtout à la plaquette à compte d’auteur) et n’est pas séparable de l’horizon du livre, au sein de la maison Rougerie. Le troisième moment de la communication tentera d’évaluer les possibilités de croisement entre les différentes poétiques auctoriales à l’œuvre dans la revue et les principes de l’énonciation éditoriale la régissant : la matérialité des ouvrages sert le plus souvent des formes de poésie éloignées des expérimentations visuelles et sonores.

Serge Linarès est professeur de littérature française à l’Université Sorbonne Nouvelle. Il a édité les romans de Cocteau dans la Pléiade et publié deux monographies à son propos. Intéressé par les relations entre les lettres et les arts, il est aussi l’auteur des livres suivants : Écrivains artistes. La tentation plastique (XVIIIe-XXIe siècle) ; Fenosa, la sculpture et les lettres ; Picasso et les écrivains. Sa spécialisation dans le genre poétique l’a conduit à faire paraître en 2018 un essai intitulé : Poésie en partage. Sur Pierre Reverdy et André du Bouchet. Il travaille actuellement à une étude des éditions de poésie manuscrite depuis le symbolisme.

Marie Frisson, « Le colosse et l’abeille : sur l’aventure de la revue Argile (1973-1981) »

La revue Argile a été créée par le galeriste Maeght qui en confie la direction à Claude Esteban. La genèse du projet est intéressante, d’une part, en ce qu’il s’agit de donner une existence à une revue poétique en raison de la disparition d’une autre, L’Ephémère, sans toutefois vouloir la remplacer et, d’autre part, en ce qu’elle nous renseigne sur la place et la valeur d’une revue dans les années soixante-dix à Paris. Les raisons de son arrêt, décidé par Esteban une dizaine d’années plus tard, montrent rétrospectivement la complexité de cette aventure : entre pratique communicationnelle et singularité créatrice. L’article de Michel Jarrety, publié dans le numéro 971 d’Europe, en 2010, a eu le mérite de brosser un premier portrait de cette revue qui s’est révélé tout à fait nécessaire par sa dimension synthétique, à l’occasion d’un hommage rendu à Claude Esteban quatre ans après sa mort. Il manque aujourd’hui une étude de l’évolution de la revue Argile qui tienne compte également du rôle actif joué par l’entourage de Claude Esteban : tout d’abord, au sein de la revue, du rôle joué par le secrétaire de rédaction, Jean-Claude Schneider, ainsi que par les auteurs et les plasticiens conviés à participer, mais plus largement, de l’importance qu’ont eu les liens personnels et professionnels que Claude Esteban a tissés au fur et à mesure de son parcours littéraire et universitaire. Nous nous proposons d’apporter des éléments complémentaires à l’histoire de cette revue, mais également de contribuer à préciser le rôle qu’elle a pu jouer dans le paysage poétique et artistique des années soixante-dix aux années quatre-vingt. Par ailleurs, les sommaires des différents numéros peuvent être l’occasion de rassembler la diversité des participants, qui plus est, issus de cultures et de traditions différentes, en une communauté de personnes : on peut alors se demander quelle communauté de pensée réunirait abstraitement l’addition de ces différentes personnalités. Et, s’il est entendu, d’après les témoignages que nous avons recueillis, que les goûts personnels du comité de rédaction ne guidaient pas uniquement le choix de composition des numéros, quelle idée de la poésie et de la création artistique révèleraient l’histoire et la dynamique d’évolution de la revue Argile, par-delà les logiques d’amitié et les aléas de la contingence ?

Après avoir été assistante en littérature francophone et française à l’Université de Bâle, puis A. T. E. R. en littérature française à l’École Normale Supérieure, Marie Frisson est actuellement chargée de recherches documentaires et d’édition critique. Elle termine une thèse sous la direction de Dominique Combe sur le prosimètre du XIXe au XXIsiècle. Les travaux qu’elle a menés en amont de la rédaction de sa thèse portaient sur des poètes de la génération qui a participé à la revue L’Éphémère et à la revue Argile (notamment Yves Bonnefoy, André du Bouchet, Jacques Dupin et pour la Suisse, Philippe Jaccottet, Pierre Chappuis, Pierre-Alain Tâche).

Jean Lissarague, entretien avec Isabelle Diu : « Les éditions Écarts »

Depuis bientôt 50 ans, les éditions Écarts publient exclusivement des livres dans lesquels un auteur et un artiste coopèrent. Les textes publiés sont presque toujours des poèmes inédits. Parmi les auteurs qui figurent au catalogue des éditions Écarts, on trouve Michel Butor, Bernard Noël, Jacques Dupin, Yves Bonnefoy, Claude Roy, François Cheng, Michel Deguy, Fabienne Courtade, Gérard Macé… et parmi les artistes, Frédéric Benrath, René Laubiès, Zao Wou-ki, Colette Deblé, Jean Capdeville, Alexandre Hollan, Béatrice Casadesus, Georges Rousse, Philippe Hélénon…

Au travers des ouvrages publiés l’éditeur, Jean Lissarrague a exploré quelques-unes des multiples façons dont texte et image peuvent résonner. Chaque livre a été conçu non pas en fonction d’une collection ou d’un schéma préétabli, mais pour lui-même : format, papiers, caractères, dispositifs de publication, techniques d’impression ont été déterminés de façon à donner au compagnonnage des textes et des images une présence partagée aussi intense que possible. Les multiples choix qu’impliquent ces œuvres ont toujours été effectués avec l’accord complet, et parfois la participation active, de l’auteur et de l’artiste.

Ingénieur de formation, mais très tôt passionné par la littérature et la peinture, Jean Lissarague a fondé les éditions Écarts en 1974 et continue aujourd’hui d’en être l’animateur. Outre son activité éditoriale, il a publié plusieurs livres de poèmes.



Citer ce billet
Laure Michel (2023, 17 janvier). [Séminaire] Éditer la poésie. XIXe-XXIe. Poemata. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sx70

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search