[Position de thèse] La poésie libertine en France à l’âge classique

Dimitri Albanèse, Trajectoires de la poésie libertine en France à l’âge classique (1623 – années 1770)

Thèse préparée sous la direction de Jean-Christophe Abramovici, Sorbonne Université

Soutenue le 1er octobre 2022


Jury :

M. Jean-Christophe ABRAMOVICI – Professeur, Sorbonne Université

M. Emmanuel BURY – Professeur, Sorbonne Université

M. Alain GÉNETIOT – Professeur, Université de Lorraine

Mme Stéphanie LOUBÈRE – Professeure, Université d’Orléans

Mme Michèle ROSELLINI – Maîtresse de conférences, honoraire de l’École Normale Supérieure de Lyon

Position de thèse

Le libertinage du xviiie siècle est traditionnellement associé au genre romanesque, sans laisser de place à l’idée d’une poésie libertine. Longtemps, l’historiographie a considéré que les dernières manifestations poétiques du libertinage se sont éteintes avec la fin du xviie siècle[1]. Pourtant le terme “libertin” se rencontre encore au cours du siècle des Lumières pour qualifier une partie de la production poétique[2].
            Toute une tradition littéraire, particulièrement véhiculée par l’enseignement[3], n’a pas pris en considération la poésie du xviiie siècle. Cette réticence a été levée en grande partie par les travaux de Sylvain Menant, Michel Delon ou encore Nicole Masson révisant ces affirmations datées. Cependant, la critique littéraire demeure discrète sur la détermination d’une poésie libertine au siècle des Lumières, circonscrivant plutôt cet objet au xviie siècle, alors même que l’historiographie signale la permanence du libertinage en littérature avec les romans libertins. A contrario, des bibliophiles du xixe siècle ont entretenu la mémoire de ce versant poétique avec la publication de nouveaux recueils satyriques compilant des poèmes du siècle des Lumières. En 1874, un Parnasse satyrique du xviiie siècle, composé de « pièces trop libres échappées dans des débauches d’esprit à quelques gens de lettres connus et inconnus », paraît sans doute à l’initiative de Jules Gay[4]. Ces compilations s’inscrivent à la croisée d’hommages et de réminiscences qui n’ont pas donné lieu à une étude approfondie des filiations suggérées.
            Point aveugle de l’histoire littéraire, la poésie libertine du xviiie siècle n’est ni une thématique ni une modalité d’édition, mais plutôt un tissage d’héritages où le chant met à l’honneur les plaisirs, la convivialité et la liberté de ton. Une définition minimale de la littérature libertine, considérée comme un exercice de liberté de pensée[5], nous a servi de point de départ afin d’embrasser un vaste champ de pratiques et d’expressions, depuis le procès de Théophile de Viau, en 1623, jusqu’au milieu du xviiie siècle. L’empan chronologique choisi a permis de dessiner de multiples trajectoires mettant en scène des poètes de l’ensemble de l’âge classique. Nous nous sommes penché sur des auteurs identifiés comme libertins, à l’image de Théophile, de Claude Le Petit ou de l’abbé de Chaulieu, tout comme sur des figures du siècle des Lumières, peu voire jamais associées à cette étiquette, tels Alexis Piron, Voltaire ou l’abbé de Lattaignant. Suivre l’évolution d’œuvres et de formes poétiques pouvant être rattachées au libertinage a mis au jour des filiations aussi bien que des ruptures au sein d’une production souvent jugée inacceptable et marginale.
            L’étude des trajectoires de la poésie libertine relève à la fois de l’histoire sociale et des adaptations d’une esthétique instable. Elle ne se limite pas à établir une liste de poètes malfamés ou sanctionnés par la justice ; elle revient plutôt à fonder cette poésie licencieuse sur des inclinations sociales particulières, offrant un large prisme aux légèretés littéraires et accompagnant une individualisation propre à la culture libertine.

La première partie de notre travail est dédiée à l’examen des contextes, déclinés de la sphère intime jusqu’à la scène publique, depuis le cercle poétique jusqu’aux conditions de diffusion de l’œuvre écrite, en passant par les rapports aux puissants. Les interactions politiques et éditoriales des poètes libertins ne se bornent pas à des éléments biographiques mais retracent une histoire sociale fondée sur le partage, les réjouissances, des jeux de contestation et l’expérience de la censure.
            La sociabilité est au cœur des sujets et des usages de cette poésie, nourrie par le plaisir de se retrouver et de composer parfois à plusieurs voix. Loin d’être isolée et bannie des cercles littéraires, la poésie libertine investit en réalité le terrain d’espaces divers : tavernes et cabarets, comme le veut la tradition, mais aussi salons et cafés. Au fil de l’âge classique, ces lieux sont de moins en moins marginaux et les réunions dans lesquelles se font entendre des poèmes libertins tendent à se structurer, en particulier dans les sociétés chantantes à l’image du Caveau et dans plusieurs salons littéraires du xviiie siècle. Depuis ces espaces, un dialogue intertextuel émerge, donnant lieu à des recueils collectifs qui participent à la représentation de pratiques collectives et de thématiques partagées.
            Les relations entre les puissants et ces auteurs ne sont définitivement pas réductibles à une seule attitude. Leur exploration, concernant aussi bien les pouvoirs politique que religieux, nous ont permis de nuancer des postures caricaturales du poète libertin, soit thuriféraire de l’ordre établi, soit frondeur éhonté. Cependant, le jeu avec les limites de la légalité, le plaisir de la transgression et les tendances contestatrices dessinent bien une poétique transgressive. Seulement, celle-ci ne saurait rendre compte d’une vision politique ni d’un choix religieux ; elle exprime avant tout une provocation et une exigence de liberté morale.
            Dans le prolongement de ces rapports aux incarnations de l’autorité, l’œuvre poétique libertine, comme livre ou manuscrit, implique d’autres entités qui élargissent la focale des contextes de la poésie libertine. Au cœur des enjeux de cette diffusion, s’entrecroisent la police du livre, le monde judiciaire et éditorial, mais également les cercles dans lesquels des copies circulent. La transmission de la poésie libertine « sous le manteau » regroupe un ensemble de méthodes de diffusion, qu’elles soient soutenues par l’auteur ou non, qu’elles impliquent des presses étrangères ou illégales, qu’elles outrepassent le cadre de la confidentialité ou bien qu’elles se concrétisent dans un échange privé, entre fêtes, correspondances et espaces mondains. Loin d’être une simplification, cette désignation reflète la volonté de discrétion qui accompagne le plus souvent la diffusion de ces écrits. Nous avons ainsi pu constater qu’à mesure que l’institution de la censure se structure, les poètes cherchent à contrôler davantage la circulation de leurs écrits libertins.
            Les traits contextuels de la poésie libertine – sociabilité, relations aux pouvoirs et diffusion des écrits – constituent de véritables éléments de définition de ce genre. Bien que certains aspects de ces contextes soient évolutifs, ils nous ont permis de tisser des liens entre les pratiques sociales, les rapports de force, les supports utilisés et les prises de position des acteurs de cette production poétique au cours de l’âge classique. Les échanges entre les poètes et leur cercle d’amis nous éclairent à bien des égards sur les contextes de cette production poétique : qu’ils caractérisent une émulation et un partage festif, qu’ils conditionnent des confrontations hiérarchiques ou encore qu’ils donnent lieu à des dénonciations et des indiscrétions éditoriales.

            Pour contrebalancer ces résultats et approfondir les processus de transformation de la poésie libertine, la deuxième partie de notre enquête analyse davantage les procédés de personnalisation auctoriale. En effet, l’histoire poétique du libertinage s’inscrit également dans une expression plus personnelle qui concurrence les traditions, enrichissant cette production par des signes d’individualisation formels et linguistiques au cœur des poèmes.
            En posant la question de la relation entre l’auteur et son livre, nous avons pu mesurer la place accordée aux écrits poétiques libertins – qu’ils soient perçus comme tels ou non par le poète – dans la production d’un auteur. Nous avons abordé l’histoire du livre sous un autre angle, éclairant à présent les points de convergence entre une voix auctoriale et éditoriale à l’égard d’une poésie secrète ou marginale. L’individualisation à l’œuvre va de pair avec l’importance croissante de la figure d’auteur, même si certains poèmes, circulant d’un poète à un autre et soulevant des problèmes d’attribution, attestent les limites de cette personnalisation de l’écriture libertine. Les débats autour de la paternité des textes rendent plus sensibles les rapports entre le poète et son œuvre pour les éditeurs qui entendent combattre le libertinage comme pour ceux qui cherchent à en tirer profit. En effet, nous avons pu mettre au jour l’importance des éditions posthumes aussi bien dans la construction de figures libertines que dans l’atténuation du caractère sulfureux de certains écrits.
            Envisager les liens entre les formes poétiques mobilisées et l’expression d’une individualité constituait un prolongement nécessaire à cette première étape. L’approche stylistique des marqueurs du « je » poétique, à travers une persona et un ethos, ont rendu évidente la difficulté à statuer sur l’identité des locuteurs dans les écrits libertins. De façon complémentaire, l’étude des formes et des sous-genres employés ont permis de rendre compte d’appropriations et d’infléchissements personnels ne trouvant pas nécessairement une concrétisation dans les voix et les figures au sein des textes. Les outils grammaticaux, discursifs, formels et génériques nous ont avant tout fourni des pistes d’appréciation sur les manifestations d’une poésie plus individualiste. La subjectivité des poètes libertins constitue ainsi un processus erratique, discontinu, impliquant les figures de l’auteur mais aussi ses choix littéraires : tel poète s’adonnant davantage à l’épigramme, tel autre inclinant plutôt à la production de contes en vers ou de chansons à boire, sans entraîner un strict cloisonnement entre ces préférences. Tout en perdurant sur l’ensemble de la période, la plupart de ces approches poétiques connaissent des variations, interrogeant entre autres les possibles continuités entre le prosimètre ou le conte en vers avec le roman libertin.
            La catégorie de l’obscène, critiquant la politique, la religion, des adversaires ou bien servant à promouvoir un discours poétique sur les corps et la sexualité, connaît de profondes mutations au cours de l’âge classique. Ces évolutions, ainsi que la porosité des frontières poétiques libertines, ont participé à la construction historiographique des poètes libertins du xviie siècle et à l’effacement de ceux du siècle suivant. Ces réalités nous ont conduit à adopter un regard suffisamment large pour intégrer leurs variations. En prenant en compte un langage ordurier mais aussi une langue suggestive, nous avons pu mettre en lumière leur dénominateur commun autour de la célébration des plaisirs. Les obscénités de la poésie libertine relèvent ainsi d’une histoire de la langue et de la représentation des corps, sous l’angle d’une fureur lubrique comme d’un ravissement voluptueux, situées aux frontières de l’outrance et de la pudeur.
            L’analyse des effets de personnalisation contribue à éclairer les évolutions de la poésie libertine d’un point de vue plus formel et intime. Derrière cette notion d’intime, il n’est cependant pas question de vie intérieure ou de confidences, mais plutôt d’une sphère reléguée dans la catégorie de l’obscène, englobant les relations amicales, la vie privée, la sensualité et la sexualité. C’est pourquoi nous avons conclu à des effets de personnalisation plutôt qu’à l’émergence d’une « poésie personnelle ». De la sorte, cette poésie favorise une certaine intimité qui s’inscrit à contre-courant de la doxa religieuse. Afin de valoriser ce champ de l’intime, les traitements sont variés et peuvent chercher à susciter les rires, un sourire amusé ou l’indignation, non sans proposer parfois une approche plus sérieuse, voire sensible. En somme, les liens entre l’auteur et son œuvre libertine, les signes de sa griffe, ses appropriations formelles, ou encore son positionnement par rapport aux frontières de l’obscène jettent la lumière sur des transformations poétiques qui soutiennent un plus haut degré d’individualisation. L’auctorialité libertine, signe d’un processus de personnalisation de cette littérature, entraîne des variations et des adaptations dans la représentation du « poète libertin ».

            Cette étude a permis d’exhiber les jalons d’une histoire transéculaire de la poésie libertine et de proposer une version plus souple et nuancée de notre histoire culturelle. Au cours de l’âge classique, cette poésie, plus composite et hétérogène que l’on pourrait le croire, a constitué un genre instable. L’inconstance de cette production est notable en raison des multiples apparences qu’elle revêt, à la croisée de l’injure, de l’ordure, de la plaisanterie fine, du ludisme, des festivités, de la galanterie, de la contestation, de la clandestinité, de l’irréligion ou encore de la philosophie morale. Certaines veines de la poésie libertine disparaissent presque totalement, à l’image des violents poèmes satyriques du premier xviie siècle, ne ressurgissant que par intermittences au tournant des deux siècles et autour de la période révolutionnaire. D’autres, telle la poésie irréligieuse, prennent des tours plus apprivoisés et moins blasphématoires, tout en malmenant toujours avec virulence l’Église. Par ailleurs, les poèmes libertins à l’apparence acceptable, sous couvert de plaisanterie gaillarde ou grâce à des subterfuges langagiers, incarnent la trajectoire la plus pérenne de cette littérature à l’échelle des deux siècles.
            Sans qu’il soit nécessaire de systématiser la qualification de « libertin » pour les poètes du siècle des Lumières, les trajectoires de la poésie libertine corroborent la pertinence de cette notion. Face à elle, d’autres caractérisations apparaissent alors comme les symptômes d’une hésitation herméneutique concernant l’extension du libertinage poétique au xviiie siècle. De plus, une autre réserve à l’égard de l’étiquette libertine provient de l’idée qu’un poète libertin ne pourrait être rien d’autre qu’un poète libertin. Or, à de rares exceptions près, l’œuvre de ces auteurs ne saurait être limitée à cette détermination et l’évaluation de l’importance des voix anonymes dans ces trajectoires du libertinage poétique mériterait selon nous une étude approfondie.
            Par ailleurs, la poésie libertine questionne la place des pièces éphémères, parfois jugées dérisoires, dans le débat sur la monumentalité des œuvres complètes. Elle permet d’appréhender un chant anti-religieux qui n’est ni toujours blasphématoire, ni toujours une contestation structurelle, mais qui revendique une parole littéraire et une représentation des plaisirs plus libres. Enfin, la poésie libertine existe sans qu’il soit nécessaire d’essentialiser ses auteurs. Si l’étiquette libertine a pu générer un soupçon entachant l’ensemble d’une œuvre littéraire, un emploi plus souple et « libre » de cette étiquette pourrait permettre à l’avenir une meilleure appréhension de la littérature et de l’esprit de l’âge classique.


[1] Frédéric Lachèvre, Les Derniers libertins, Paris, Honoré Champion,« Le libertinage au xviie siècle », 1924.

[2] Sylvain Menant, La chute d’Icare. La crise de la poésie française (1700-1750), Genève, Droz, 1981, p. 217‑218.

[3] Gaston Feugère, Morceaux choisis de prosateurs et de poètes des xviiie et xixe siècles, à l’usage de la classe de rhétorique : précédés qu’une introduction sur les caractères généraux des xviiie et xixe siècles et accompagnés de notices et de remarques littéraires, Paris, Delalain frères, 1882, p. viii-xiii.

[4] Jules Gay (éd.?), Parnasse satyrique, xviiie siècle. Pièces trop libres échappées dans des débauches d’esprit à quelques gens de lettres connus et inconnus, Neuchâtel, Presses de la Société des bibliophiles cosmopolites, 1874. Il n’est pas le seul, dès 1864 est publié Le Parnasse satyrique du xixe siècle – Jean-Christophe Abramovici, « La redécouverte des libertinages “oubliés” de l’âge classique », in Les Âges classiques du xixe siècle, Paris-Cambridge-Philadelphia, Éditions des Archives contemporaines, « Actualité des classiques », 2018, p. 81‑93, p. 84-86.

[5] Jacques Prévot (éd.), Libertins du xviie siècle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2004.


Mots-clés : Dix-septième siècle ; Dix-huitième siècle ; Littérature française ; Poésie ; Libertinage ; Historiographie ; Personnalisation ; Sociabilité ; Édition ; Censure ; Auctorialité ; Obscénité



Citer ce billet
Laure Michel (2022, 28 novembre). [Position de thèse] La poésie libertine en France à l’âge classique. Poemata. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sx54

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search