[Thèse en préparation] Le moment baroque dans la poésie de la fin du XXe siècle

Nicolas Servissolle, “Cette inquiétude sans nom. Le moment baroque dans la poésie de la fin du XXe siècle”

Thèse préparée sous la direction de Martine Créac’h, Université Paris 8, laboratoire “FabLitt”, Ecole doctorale “Pratiques et théories du sens”

Soutenance prévue : fin 2023

Résumé :

Mon travail, intitulé Cette inquiétude sans nom. Le moment baroque dans la poésie de la fin du XXesiècle, que je mène sous la direction de Martine Créac’h, porte sur trois poètes : Jude Stéfan, Emmanuel Hocquard et James Sacré. Ils ont, tous les trois, commencé à écrire au cours de la double décennie 60-70, dite « moderniste », dans une période de renouvellement littéraire souvent analysé sous l’angle de la crise.

Quoique relevant de poétiques très différentes (néo-lyrisme, anti-lyrisme, littéralité, poésie-dispositif), ils se donnent tous les trois à lire comme les continuateurs de la révolution langagière opérée à la fin du XIXe siècle par Rimbaud, Baudelaire, Lautréamont, Mallarmé, de même que les héritiers de l’achèvement de la métaphysique opéré par Nietzsche. Ils manifestent, par l’inquiétude dont témoigne leur écriture, un changement d’épistémè.

Or, cette épistémè serait, j’en fais l’hypothèse, une épistémè de type baroque (épistémè non perçue par Michel Foucault, et mise au jour par Jean-Claude Vuillemin), capable d’éclairer ce qui fait la spécificité de la poésie de l’après-guerre, relevant d’une modernité « négative » (Hocquard), « apophatique », portant le doute à tous les étages de l’écriture et de la pensée : fin de la transcendance, crise et quête du sens, défiance à l’encontre du sujet, mise en question du langage.

Quant à ces poètes, ils appartiennent selon moi à une génération non perçue par l’histoire littéraire, une génération de « l’au-delà du soupçon » (Chénetier), invisibilisée, parce que « l’ensemble de [ses] refus ne [la] rend pas aisément situabl[e] » (Bénézet, Lacoue-Labarthe), et qui constituerait, selon l’expression de Jude Stéfan, « la poésie du Temps ».

Considérés comme « extrêmes-contemporains » (Chaillou), les poètes de cette génération ouvriraient ainsi l’ère, peut-être non refermée, d’un contemporain moins post- que métamoderne.

Mots clés :

génération invisible – épistémè baroque – inquiétude – fin de la transcendance – crise et quête du sens – méfiance à l’encontre du sujet – mise en question du langage – extrême-contemporain – métamodernité



Citer ce billet
Laure Michel (2022, 23 novembre). [Thèse en préparation] Le moment baroque dans la poésie de la fin du XXe siècle. Poemata. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sx4x

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search