[Séminaire] Constellation Cendrars – Séminaire 2022-2024

Séminaire “Constellation Cendrars”. Séance d’ouverture

“Faire création de tout. Blaise Cendrars multimédial”

Salle Mariette, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Vendredi 25 novembre 2022

16h-19h

Nombreux sont les écrivains entrés en littérature peu avant ou après la Grande Guerre – Cocteau, Soupault, Desnos, Beucler et bien d’autres encore – qui ont fait dialoguer poésie et peinture, écriture et photographie, se sont passionnés pour le cinéma, ont répondu à l’appel du reportage et de la publicité, avant de se tourner vers la radio, pour l’essentiel après la Seconde Guerre. Cet élan médiatique les a conduits à dépayser l’écriture en s’aventurant « hors le livre », à élargir leur champ d’action au monde des sons et des images. Ils ont ainsi exploré les possibles et les contraintes de ces formes nouvelles d’expression au point que l’histoire de la modernité littéraire du XXe siècle n’est pas dissociable de celle des médias, ses supports, ses techniques, ses genres et ses acteurs. Le parcours de Cendrars, exemplaire à cet égard, présente toutes les facettes possibles d’une inlassable curiosité pour les domaines de création qui permettent de « dégeler les paroles » en leur donnant souffle et corps, à commencer par le « septième art » – une périphrase qui a fait son chemin et qu’on lui devrait – jusqu’aux nombreux entretiens pour la presse ou la radio française et suisse, où l’auteur s’est plu à distiller sa légende. La Fin du monde filmée par l’Ange N.-D, Kodak, L’ABC du cinéma, Films sans images : il n’est que d’égrener ces quelques titres pour que se dessine le profond sillon qu’ont tracé dans son œuvre la passion des images, le bruissement des sons et des voix, cette « rumeur du monde » à laquelle il pensait dédier un livre-somme.
Dans le prolongement des études recueillies en 2006 dans BlaiseMédia. Cendrars et les médias (Ritm, n° 36), le séminaire poursuivra l’examen du foisonnant corpus « multimédial » de l’auteur en mettant l’accent sur les transferts techniques et les collaborations inter-artistiques : adaptations et lectures radiophoniques de ses œuvres, livrets de ballets, projets et scénarios de films, création avec musiciens, réalisateurs, photographes et peintres. Il envisage les relations et les formes de travail qui se sont construites avec quelques figures majeures de l’art radiophonique (Paul Gilson, Nino Frank, Albert Rièra, Alain Trutat), les interactions qui modifient les pratiques d’écriture «littéraire », les effets de capillarité entre modalités de l’image en mouvement et poétique, les concurrences et les croisements entre l’écrit et l’oral, le lisible et le visible. Enfin, il se propose de situer les interventions du poète dans ces domaines que lui ont découverts les nouvelles technologies de son temps au regard des expérimentations de ses contemporains et de leur usage des nouveaux supports. Quelles conceptions de la « mise en ondes », de « l’illustration » sonore, de la voix à la radio, de la diction, du « documentaire » ou de l’entretien radiophonique prévalent alors ? Quelle forme revêt le scénario, un genre non encore « fixé » quand Cendrars s’y essaie ?
Organisatrices : Marie-Paule Berranger (Université Sorbonne-nouvelle/UMR Thalim) et Myriam Boucharenc (Université de Paris-Nanterre/CSLF)

Ouverture du séminaire par Marie-Paule Berranger et Myriam Boucharenc

  • Dorothée Cunéo, directrice des éditions Denoël, présente les trois premiers volumes de la nouvelle édition « Tout autour d’aujourd’hui » (TADA) sous la direction de Claude Leroy et la première édition en fac-similé de La Fin du monde filmée par l’ange N.-D. accompagnée d’une présentation de Jean-Carlo Flükiger.
  • Conférence de Claude Leroy (Université de Paris-Nanterre), Éloge de l’intermédiaire. Petite visite au bureau des inventions.

« J’ai plusieurs cordes à mon arc, je poursuis la même quête sous différentes formes et obtiens la même interrogation sans réponse. » Ces propos de Rezvani, jusque dans leur obstination et leur vaine relance, Cendrars aurait pu les contresigner. Au créateur tel qu’il l’entend depuis ses débuts, il a donné le nom de poète car la poésie est une « façon d’être et de sentir », qui n’appartient à aucun domaine, et surtout pas aux arts codifiés. On reconnaît le créateur en Cendrars à l’exigence qui, sous une apparente discontinuité, le conduit à chaque fois du monde entier au cœur du monde. 

De cette quête perpétuelle, nous tenterons d’approcher l’exigence en trois temps. En décrivant d’abord la panoplie d’un créateur constant dans l’inconstance, mais hanté sous les masques qu’il collectionne (on les recensera). Puis en entrant dans la galerie de portraits que présente son œuvre, de l’inventeur au touche-à-tout en passant par le polygraphe. Enfin nous interrogerons l’imaginaire de la création qui fait de Cendrars, multimédial avant la lettre, un intermédiaire dans l’emploi que donne à ce mot D. W. Winnicott. 

Le créateur se reconnaît à son acte. Mais cet acte se refuse à l’idéologie comme à l’esthétique. Tout au long d’un parcours où il semble parfois se perdre de vue, Cendrars a cherché à établir avec son interlocuteur les voies d’un espace transitionnel commun, « dans la solitude intégrale » et « la communion anonyme ». À la faveur et aux risques d’un grand jeu — voyage, roman, amour ou cinéma, qu’importe —, pourra enfin se révéler la blessure secrète que chacun recèle et qui lui permettra, s’il sait l’affronter, de se refaçonner. Cendrars tenait Aujourd’hui pour le livre qui, si on l’avait lu à sa parution, aurait pu tout changer : c’est, en dix variations sur son expérience de renaissance en 1917, le livre même de l’intermédiaire.

Blaise Cendrars, Aujourd’hui, Grasset 1931. Folio Essais, 2022.

Donald Woods Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Gallimard, 1975.

—, Les Objets transitionnels, Petite Bibliothèque Payot, 2010.

Birgit Wagner (éd.), BlaiseMédia. Blaise Cendrars et les médiasRitm, n° 36, Université Paris X, 2006.

Nouvelle édition TADA, Denoël

Télécharger le programme du séminaire :

Lien vers le site de l’association Constellation Cendrars

Blaise Cendrars, vers 1931. Bibliothèque numérique de la New York Public Library. Source : Wikipédia


Citer ce billet
Céline Pardo (2022, 23 novembre). [Séminaire] Constellation Cendrars – Séminaire 2022-2024. Poemata. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sx4w

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search