[Parution] Refaire monde

“Refaire monde”, Revue des Sciences Humaines, N° 347/juillet-septembre 2022, Lille, Presses du Septentrion, 2022

sous la direction d’Alexandre Gefen et Pamela Krause

ISSN: 00352195

29 euros

Accueillante et commune, riche de résonances poétiques et d’un sémantisme heureux, l’idée de monde emporte pourtant avec elle bien des débats philosophiques contemporains virulents : faut-il abandonner définitivement le monde comme geste de totalisation de passé comme le font les « nouveaux réalistes » en proclamant avec Markus Gabriel que « le monde n’existe pas » ? Faut-il voir dans le mot monde un geste d’arraisonnement dangereux par l’humain des ressources naturelles et des autres vivants ? Ce que le concept de monde suppose comme organisation et comme lisibilité peut-il résister aux sciences modernes attentives aux systèmes complexes et à l’imprévisibilité du monde microscopique ? Le chant du poétique de l’harmonie relève-t-il d’un lyrisme suranné ? Doit-on s’inquiéter de l’origine occidentale du concept et de l’emprise qu’il exercerait sur d’autres manières de faire monde ? Bref, le concept peut-il survivre aux critiques écologiques et postcoloniales comme aux réfutations des ontologies pluralistes ? Telles sont quelques-unes des questions que voudra traverser ce volume, où la puissance d’attraction du mot sera mise en regard avec ses périls, où une réflexion sur l’épaisseur historique du mot permettra de comprendre les débats terminologiques contemporains.

Il est vrai que, dès l’Antiquité, le mot monde engage quelque chose d’un rapt : celui d’une totalité ontique que l’opération de « mondation » vient instaurer. L’élaboration millénaire de cosmogonies et de cosmogénèses satisfait le fantasme d’une saisie absolue du monde, allant jusqu’à saisir le miracle même de son apparition. Dès les âges anciens, les cosmographies décrivent (graphein) le monde, le dissèquent en structures, en régions, mesurent les rapports entre ses éléments constitutifs. La géographie étale le monde sous le regard, en fixe les distances, les frontières. Les discours cosmologiques (pour reprendre les analyses qu’en fait Rémi Brague) portent le monde à une expression réflexive, interrogeant son « être » propre par nombre de philosophes. Cet ensemble de savoirs est traversé par un désir double : il vise à rendre compte de la richesse d’une diversité harmonieusement tournée vers l’unité. La musicalité propre au récit (mythologique, romanesque, philosophique), au vers poétique, au concept s’acharne à faire résonner une multiplicité refusée au chaos. L’idée de monde implique en effet, dès sa naissance en contexte grec, un principe d’intelligibilité subsumant chaque partie du tout …

SOMMAIRE :

Refaire monde
Alexandre Gefen, Pamela Krause

Pratiques

Le monde comme horizon des horizons dans la phénoménologie et la poésie moderne
Michel Collot

De la destruction à la création : le monde dans le poème en versets
Stéphanie Hage

Notes sur le bleu du ciel par temps de confinement
Christian Doumet

Le monde du romantisme allemand à la lumière d’Empédocle et de Chrysippe
Guillaume Dreidemie

Temps universel et idée du monde dans trois romans-monde français
Laude Ngadi Maïssa

Obligé du monde, obligé de Gaïa
Jean-Claude Pinson

La Nostalgie du Monde ou l’anthropologie théâtrale de Jerzy Grotowski en quête de l’Origine
Samuel Lhuillery

Questionnements

Les généalogies du « Monde »
Jason Hong

Le Tout-monde d’Édouard Glissant : une chaosthétique romanesque
Aliocha Wald Lasowski

Entre « littérature-monde en français » et « tout-monde »
Jean-Marc Moura

« Le monde ne suffit pas ». Rencontres littéraires avec la planète évanescente
Chiara Mengozzi

Faire des mondes : Leibniz, entre axiomatique et poïétique
Dominique Chateau

Les mondes sans objets de Francis Wolff et de Jorge Luis Borges
Jim Gabaret

Altérités : pluralité ou im-possibilité des mondes – entre ontologies et déconstructions (Sur un bon mot de Donna Haraway)
Thomas Clément Mercier

Lien vers l’éditeur



Citer ce billet
Laure Michel (2022, 11 octobre). [Parution] Refaire monde. Poemata. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sx3w

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search